Une base militaire américaine au Sahara?

Coopération militaire: une base américaine au Sahara?




Une telle éventualité a été rejetée par le chef du gouvernement, comme il l’avait déjà fait, d’ailleurs, pour la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Pourtant, un accord de principe aurait déjà été conclu entre le Maroc et les Etats-Unis pour le transfert de la base américaine de Rota, en Espagne, vers le Maroc.




Le Maroc pourrait-il abriter à nouveau une base américaine? Le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, auquel la question a été posée il y a quelques jours, a répondu par la négative.
Il était d’ailleurs catégorique en réfutant l’information selon laquelle les États-Unis d’Amérique seraient sur le point de construire une base militaire dans la région du Sahara, comme cela a été colporté dans certains milieux.
D’après l’hebdomadaire Al Ayyam, qui rapporte l’information dans son édition actuellement en kiosque, il se pourrait que les propos d’El Othmani soient une simple réponse diplomatique à un sujet sur lequel il ne souhaite pas trop s’avancer.




Cela d’autant que, comme il le sait très bien, le dossier de la Défense nationale ne fait pas partie de ses attributions, précise Al Ayyam. Reprenant certaines sources, l’hebdomadaire affirme, au contraire, qu’un accord de principe aurait même été conclu entre les autorités marocaines et américaines.
Lequel accord porte non pas sur la construction d’une nouvelle base américaine dans la région, mais sur le transfert de cette de Rota, dans la région de Cadix au sud de l’Espagne, vers le Maroc et plus précisément dans les provinces sahariennes.
D’après les mêmes sources, aucun site n’a été confirmé, quoique les pronostics situeraient le site dans les environs de la ville de Tan Tan, région qui accueille régulièrement les manœuvres militaires conjointes maroco-américaines, «African Lion».




Quoi qu’il en soit, ce pas, c’est-à-dire la conclusion d’un accord de principe, a bel et bien été franchi à l’occasion de la signature de la «Feuille de route pour la coopération en matière de défense 2020-2030 entre le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d’Amérique».
Cet accord a été signé, précise l’hebdomadaire, à l’occasion de la visite à Rabat de l’ancien chef du Pentagone, Mark Esper, en octobre dernier.
Bref, souligne-t-on dans certains milieux, il n’est pas à écarter que l’annonce du transfert de la base militaire de Rota, dont l’accord s’y rapportant arrive bientôt à échéance, devrait être annoncé très prochainement, soit dans quelques semaines, à la marge de l’ouverture du consulat américain à Dakhla.




Cette initiative, souligne l’hebdomadaire, serait une autre manifestation de l’appui manifeste des Etats-Unis à l’intégrité territoriale du Maroc, après leur récente reconnaissance de la marocanité pleine et entière du Sahara.
À noter que la Feuille de route pour la coopération en matière de défense 2020-2030 vise à consolider la coopération militaro-sécuritaire et à appuyer la décision royale de renforcer l’industrie militaire nationale.
Le Maroc étant, en effet, un acteur clé contribuant à préserver le climat de sécurité et de stabilité en Afrique du Nord et au flanc sud de la Méditerranée. Pour le Pentagone, cet accord a permis de renouveler l’alliance entre les deux nations comme pierre angulaire pour la paix en Afrique.