El Jadida: des sangliers font des dégâts dans des champs et des cimetières

El Jadida: après les champs, des sangliers font des dégâts dans les cimetières




Des dégâts énormes dans les champs et une vive émotion dans la commune rurale d’Ouled Ghanem, dans la province d’El Jadida, où des sangliers ont sauvagement dévasté le cimetière du douar.




Les habitants de la commune rurale d’Ouled Ghanem ont tiré la sonnette d’alarme suite aux attaques sauvages perpétrées par des sangliers dans les champs et les cimetières de la région.

En effet, dans le douar de Lamjidate, les habitants ont été choqués par la découverte de restes de cadavres éparpillés dans les parages du cimetière.

Dans un premier temps, fait savoir le quotidien Assabah dans son édition du mardi 5 janvier, ils ont songé à des profanations volontaires ou à un autre acte criminel prémédité, notamment, par des fouilleurs/chasseurs de trésors qui auraient investi les lieux.




Mais, quand ils se sont rendu compte des dégâts provoqués dans un champ limitrophe et ont constaté les traces des sabots des sangliers, ils en ont conclu que ces animaux sauvages avaient visité les lieux et dévasté le cimetière.

D’ailleurs, précisent les sources du quotidien, les lève-tôt et certains habitants du douar d’Ouled Ghanem qui s’étaient déplacés à l’aube de cette journée pour effectuer leur séance de dialyse, ont croisé sur leur chemin, dans le douar de Laâzizate, ces animaux sauvages qui étaient à la recherche de pâturages.

Ces sangliers, indiquent les mêmes sources, auraient élu domicile dans la forêt Souinia, dans la commune d’Ouled Ghanem, où ils protégeaient leurs marcassins.




Ils se déplaçaient la nuit dans les parages, à la recherche de nourriture. Les habitants de la région se remémorent toujours le drame qui a secoué le douar, il y a de cela trois ans, quand des sangliers avaient violemment frappé la nuit, provoquant la mort de deux personnes dans la commune de Moulay Abdellah.

Le quotidien souligne enfin que ces animaux sauvages provoquent d’innombrables dégâts sur leur passage dans les champs de cette région. Ils dévastent les terres et profanent les cimetières.

Les habitants imputent la responsabilité de cette situation aux responsables de la direction provinciale des Eaux et forêts d’El Jadida, qui n’ont pas réagi pour limiter les dégâts.