Le développement en Afrique, relais de croissance pour les entreprises marocaines

Le développement en Afrique, un véritable relais de croissance pour les entreprises marocaines (étude)




Le développement en Afrique fait désormais partie des 5 premières priorités stratégiques pour les entreprises marocaines, souligne le 4e Baromètre du Développement International (BDI) réalisé en 2020 par la société de Conseil BearingPoint.




« Le développement en Afrique fait désormais partie du top 3 des priorités stratégiques pour plus de 80% des répondants, contre 75% en 2015 », indique l’étude, soulignant que « pour plus du tiers des entreprises, il est même la priorité principale, soit un triplement de cette réponse en 5 ans ».
Autrefois perçu comme un axe de développement à moyen terme, ce développement est désormais vu comme un véritable relais de croissance et le moyen de tester de nouveaux modèles (pour ¼ des répondants), souligne la même source. Et d’ajouter que l’Afrique est le 1er bénéficiaire des investissements directs marocains, captant plus de 60% de ces investissements en 2017.




Par ailleurs, ladite étude révèle que le Maroc est désormais parmi les premiers investisseurs africains de l’Union économique et monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC). « Cette présence renforcée sur le continent africain est soutenue par une stratégie nationale en faveur de la promotion de la coopération Sud-Sud », précise l’étude.
En effet, la présence des entreprises marocaines sur le continent semble s’être davantage diversifiée ces dernières années, ajoute-t-on ; outre l’Afrique de l’Ouest, les entreprises explorent également l’Afrique de l’Est, l’Afrique centrale et australe.




Une présence renforcée grâce à la réintégration du Royaume au sein de l’organisation panafricaine en 2017 et à l’engagement de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à faire de l’Afrique une priorité nationale, indique-t-on. La destination des investissements marocains en Afrique confirme cette expansion progressive sur le reste du continent africain.
Ces flux sont adressés principalement aux pays d’Afrique de l’Ouest (avec une part moyenne de 55%), suivis de l’Afrique du Nord (25%), de l’Afrique centrale (15%) et de l’Afrique australe (5%). À noter que cette étude, réalisée par la société de Conseil BearingPoint, en partenariat avec la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), a pour objectif d’analyser les stratégies de développement des entreprises marocaines.