Le lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 au Maroc prend du retard

Le lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 au Maroc prend du retard




Le retard pris dans le lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 fait naître beaucoup de questionnements chez les Marocains.




Où est le vaccin contre la Covid-19? C’est la question que se posent de plus en plus de Marocains dans ce contexte où la vaste campagne de vaccination, attendue initialement pour la fin de l’année dernière, tarde à démarrer.

Cette question, Assabah se la pose également dans son éditorial du lundi 4 janvier, soulevant les moult questionnements que suscite ce «retard». Le journal commence d’abord par rappeler que le vaccin représente le salut qu’attendent les Marocains en ce début d’année 2021.

Après plus de 9 mois d’une situation sanitaire exceptionnelle, avec toutes ses répercussions sociales et économiques, seul le lancement effectif de la campagne de vaccination permettra d’entrevoir un retour prochain à la vie normale.




Le Maroc devait même être l’un des premiers pays au monde à lancer la vaccination, si l’on se fie à l’enthousiasme affiché par les officiels durant les mois d’octobre et novembre derniers.

Sauf que la campagne n’a toujours pas démarré. Et, dans une telle situation, quoi de plus naturel que les rumeurs les moins rassurantes se mettent à fuser de partout. L’une d’entre elles, qui revient le plus souvent, concerne l’autorisation du vaccin.

Alors qu’on attend qu’il soit avalisé au Maroc à tout moment, d’aucuns évoquent des réticences au niveau mondial, notamment au niveau de l’Organisation mondiale de la Santé qui refuserait de donner son «ok» à l’un des deux produits choisis par le royaume, en l’occurrence le vaccin du chinois Sinopharm.




Les rumeurs et questionnements qui circulent, bien que légitimes, sont difficilement vérifiables. Ce qu’il l’est cependant, c’est la capacité logistique du Royaume à organiser une campagne de vaccination de grande envergure. Avancée par les plus pessimistes des Marocains, cette question n’a vraisemblablement pas lieu d’être.

Pour preuve, Assabah cite l’exemple de cette campagne menée avec brio par le Maroc, en 2011, pour vacciner plus de 11 millions de personnes, en moins de deux mois, contre la rougeole.

La disponibilité du vaccin anti-Covid-19, Al Ahdath Al Maghribia s’y intéresse également dans sa «Une» de ce lundi. Le quotidien souligne que le Maroc s’est fait devancer par plusieurs pays qui ont déjà lancé leurs campagnes de vaccination.




Le quotidien explique que la balle est aujourd’hui dans le camp des autorités sanitaires marocaines. L’opération ne devrait pas tarder à être lancée, apparemment, puisque les deux vaccins pour lesquels a opté le Royaume sont déjà autorisés dans leurs pays d’origine. Il s’agit bien évidemment de celui de Sinopharm en Chine et de celui d’Astra Zeneca au Royaume-Uni.

De plus, les propos du ministre de la Santé, rapportés par Al Ahdath Al Maghribia, assurent que le Maroc a rempli son rôle dans le cadre de cette opération et que les experts qui se penchent sur l’autorisation ont déjà bien avancé dans leurs travaux.

Reste maintenant à savoir si les doses commandées seront livrées dès que l’autorisation des deux vaccins sera obtenue. Là est finalement la vraie question.