Export: le potentiel inexploité du Maroc est estimé à 15 milliards de dollars

Export: le potentiel inexploité du Royaume du Maroc est estimé à 15 milliards de dollars




Le chiffre donne le tournis. D’après une étude sur l’offre exportable du Maroc menée par l’Association marocaine des exportateurs du Maroc (ASMEX), le potentiel inexploité des 12 régions du pays est estimé à 15 milliards de dollars.




S’attaquer au commerce international est une réelle opportunité pour le Maroc, comme le démontre l’Association marocaine des exportateurs du Maroc (ASMEX) dans son étude sur l’offre exportable du Maroc, élaborée en partenariat avec Mazars et Grant Thornton.
À la clef, 15 milliards de dollars potentiels à travers des capacités existantes dormantes, des opportunités offertes par les dynamiques sectorielles ou encore la forte demande mondiale.
Par secteur, c’est 2,85 milliards de dollars potentiels à l’export pour la chimie et parachimie, 2,64 milliards de dollars pour le textile.




Mais aussi 2,14 milliards de dollars pour l’automobile, 1,8 milliard de dollars pour les produits de la mer, ou encore 1,7 milliard de dollars pour l’agriculture.
Concernant les régions à fort potentiel d’export, on trouve, en top 3, Casablanca-Settat en tête avec une estimation de 147 milliards de dirhams grâce à une panoplie de secteurs porteurs comme la chimie et parachimie, l’aéronautique, l’automobile ou encore la finance, pour ne citer qu’eux.
Elle est suivie par la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec un potentiel estimé à 72,4 milliards de dirhams par le biais de l’automobile, du textile, de l’agriculture, de l’Offshoring et des produits de la mer.




Et, en troisième position, Rabat-Salé-Kénitra avec 61 milliards estimés à travers l’automobile, le textile-cuir ou encore l’agro-industrie.
À travers cette étude, l’Asmex ambitionne d’élaborer un contrat-cadre avec la tutelle. Dans son viseur, la mise en place d’une stratégie de développement des exportations marocaines.
Pour atteindre l’objectif, plusieurs axes clés ont été identifiés. Parmi eux, on note la diversification des marchés et secteurs, la création d’une forte valeur ajoutée à l’export ou encore l’impulsion d’une dynamique régionale et d’un ancrage territorial.