Le Maroc et l’Espagne se surveillent mutuellement depuis l’espace

Le Royaume du Maroc et l’Espagne se surveillent depuis l’espace




Pendant longtemps le Maroc et l’Espagne se sont mutuellement surveillés. Maintenant, ils le font depuis le ciel, via des satellites. Alors que le Maroc utilise ses deux satellites « Mohammed VI-A » et « Mohammed VI-B », l’Espagne compte sur la France pour utiliser le nouveau satellite « CSO-2 ».




Les relations tendues entre l’Espagne et le Royaume du Maroc ne sont pas de nature à faire baisser la garde. Les deux voisins s’épient en raison de leurs intérêts respectifs.
Selon EDC Confidencial digital, les deux villes autonomes occupées Ceuta et Melilla revendiquées par le Royaume du Maroc, la présence des Marocains dans les îles Canaries, les dernières déclarations du premier Ministre Saâdeddine El Othmani, le sommet bilatéral suspendu et la polémique autour du Sahara marocain, seraient au cœur des dissensions entre les deux pays.
En 2017, le Royaume du Maroc a lancé le satellite «Mohammed VI-A». Une année plus tard, il met en orbite le satellite «Mohammed VI-B».




Ces deux satellites d’observation permettent au Royaume, d’obtenir des informations stratégiques sur ses voisins immédiats et sur la côte africaine.
De son côté, l’Espagne a essuyé un cuisant échec dans le lancement du satellite «Ingenio» en novembre dernier. Conscient de l’avantage de son voisin en termes de surveillance, l’Espagne s’est tournée vers la France. Comme l’Allemagne, l’Italie et la Grèce, l’Espagne recevait des images des deux satellites français «Hélios».
Mais depuis le 29 décembre dernier, la France a lancé un nouveau satellite, le «CSO-2» pour remplacer les deux anciens satellites espions, «Helios 2A» et «2B». Le gouvernement espagnol doit négocier avec la France les conditions de paiement de ce nouveau service.