(Vidéo) Renaulution: le Maroc fait partie de la stratégie Renault

(Vidéo) « Renaulution » : le Maroc fait partie de la stratégie Renault




Le groupe Renault veut redresser ses marges en produisant moins, en étant plus économe et en ne visant rien que les marchés plus rentables. Ainsi se résume le nouveau plan « Renaulution », présenté par le groupe dans lequel le Maroc figure parmi les sites industriels retenus à l’étranger.




Le groupe Renault compte réorienter sa stratégie du constructeur de la course au volume à la création de valeur et veut s’imposer une « discipline stricte en matière de coûts ».
Il prévoit également étendre cette nouvelle politique à l’international en s’orientant « vers les marchés à fortes marges à savoir l’Amérique latine, l’Inde et la Corée.
Renault veut aussi consolider sa présence en Espagne, au Maroc, en Roumanie, en Turquie et en Russie, précise-t-on. Ce nouveau plan prévoit le redimensionnement de sa capacité industrielle.




Elle passera de 4 millions d’unités en 2019 à 3,1 millions d’unités en 2025. S’agissant de la production, elle sera rationalisée en passant de 8 à 4 familles de moteurs et de 6 à 3 plateformes (châssis).
En tout, Renault veut atteindre 3 % de marge opérationnelle d’ici 2023, avec une réduction des investissements de recherche de 10 % à 8 % du chiffre d’affaires, et 5 % de marge d’ici 2025.
Pour Luca de Meo, directeur général de Renault, cette réforme devrait permettre de « créer un portefeuille de produits rééquilibré.




Mais aussi plus rentable avec 24 lancements d’ici 2025 -dont la moitié dans les segments C/D (compactes et berlines)- et au moins 10 véhicules électriques. »
En ce qui concerne le plan d’économies annoncé en mai dernier, estimé à plus de plus de 2 milliards d’euros sur trois ans et prévoyant quelque 15 000 suppressions de postes dans le monde, il est achevé « en avance ».
Le groupe compte également l’étendre à 2023 pour atteindre 2,5 milliards d’euros d’économies, avec un objectif de −3 milliards d’euros d’ici à 2025.