L'Algérie refuse à Royal Air Maroc le rapatriement de 14 étudiants refoulés du Canada

L’Algérie refuse à Royal Air Maroc le rapatriement de 14 étudiants refoulés du Canada




Expulsés à leur arrivée à Montréal par les services de l’immigration canadienne, quatorze étudiants algériens sont actuellement bloqués à l’aéroport Mohammed V de Casablanca…




C’est un nouveau drame qui risque de se jouer. 25.000 Algériens le vivent aujourd’hui après avoir été bloqués à l’étranger en cette période de Covid-19. Vont s’ajouter à cette longue liste de victimes algériennes 14 jeunes étudiants qui espéraient commencer leurs études au Canada dès le début de cette année 2021 et à qui les services d’immigration canadiens ont refusé l’entrée sur leur territoire.
Résultat, ils se sont retrouvés à Casablanca, alors que les frontières de leur pays sont fermées pour cause de pandémie. C’est le 11 janvier que les 12 étudiants algériens ont été refoulés du Canada vers Casablanca, informe le média en ligne AlgeriePart qui précise qu’ils sont obligés de passer leurs nuits à l’aéroport international Mohammed V de la capitale économique marocaine.




Alors que le site parle de 12 étudiants, une source proche de l’Office national des aéroports (ONDA) du Maroc précise bien qu’il s’agit de 14 étudiants et non de 12 et qu’ils sont actuellement au terminal 3 de l’aéroport Mohammed V de Nouaceur. Seul lot de consolation, ils ont droit à des repas chauds fournis gracieusement par Royal Air Maroc, en l’absence d’une prise en charge que doivent assurer les autorités algériennes pour de pauvres étudiants bloqués à l’étranger.
S’ils n’ont pas pu entrer au Canada, c’est parce qu’entre le moment où ils ont obtenu leur visa et leur voyage, Montréal a durci ses conditions d’admission des étrangers sur son territoire à cause de la pandémie. Les étudiants devaient notamment être en mesure de se mettre en quarantaine pour 14 jours dès leur arrivée.




« Lors de l’évaluation de l’admissibilité, les agents des services frontaliers de l’ASFC prennent en considération tous les facteurs pertinents avant de prendre une décision, notamment le but du voyage au Canada et la capacité à se placer en quarantaine pendant 14 jours dès l’arrivée », a expliqué un responsable de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) à La Voix du Maghreb, média communautaire basé au Québec.
Le problème c’est que l’Algérie a décidé de fermer quasi totalement ses frontières. « Un verrouillage qui a été aggravé et renforcé depuis le retour à Alger de Tebboune après son hospitalisation en Allemagne le 29 décembre 2020 ». Pour l’heure, il y a eu de nombreuses demandes de Royal Air Maroc faites aux autorités algériennes.




Ceci pour l’organisation d’un vol spécial, mais elles sont restées lettre morte, toujours selon la même source. De plus, Air Algérie n’est pas en mesure d’organiser un tel rapatriement à cause des contraintes administratives identiques à celles de RAM, mais aussi compte tenu de ses difficultés logistiques.
Il convient de noter que selon les données officielles du ministère algérien de l’Intérieur publiées le 7 janvier 2021, quelques 25.000 de leurs concitoyens sont actuellement encore bloqués à l’étranger. Une opération de rapatriement avait été entamée et devait se poursuivre jusqu’au 31 janvier courant, cependant elle pourrait s’arrêter dès demain, dimanche 17 janvier. C’est dire que ces 14 étudiants pourraient encore devoir s’éterniser à Casablanca.