Salé: une étudiante épouse un Saoudien devant 2 faux adouls

Salé: une étudiante épouse un khaliji devant deux faux adouls




Le procureur du Roi près du tribunal de première instance de Salé a auditionné un moqqadem accusé d’avoir chargé deux faux adouls de rédiger un acte de mariage falsifié entre un Saoudien et une étudiante. Le faux mari a quitté le Maroc après avoir eu une fille avec l’épouse dupée.




Les services judiciaires de la gendarmerie royale de Salé ont déféré, jeudi dernier, devant le procureur du Roi près du tribunal de première instance un auxiliaire d’autorité (moqqadem) pour escroquerie.
Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du week-end (16 et 17 janvier), que le moqqadem avait chargé, moyennant de l’argent, deux faux adouls de rédiger un contrat de mariage entre un Saoudien et une étudiante à la faculté.
Selon les premiers éléments de l’enquête, c’est l’étudiante qui a porté plainte contre le moqqadem qui lui avait présenté le Saoudien (d’origine yéménite) dans la perspective d’un mariage.
Jouant l’intermédiaire, l’auxiliaire d’autorité a fait appel à deux adouls qu’il avait présentés aux parents de la fille comme étant assermentés auprès du tribunal de première instance de Salé.




Le couple avait loué une maison à Kenitra mais il n’a pas fallu longtemps à la jeune «mariée» pour découvrir qu’elle avait été victime d’escroquerie et de manipulation.
Le Saoudien avait en effet quitté le Maroc, sans crier gare, et ne répondait plus aux appels de sa femme avec laquelle il a pourtant eu une fille.
Le quotidien Assabah rapporte que le procureur du Roi près du tribunal de première instance de Rabat a placé le moqqadem en garde à vue depuis lundi pour pouvoir identifier les deux faux adouls.
Face au refus de ce dernier de dénoncer ses deux acolytes, le parquet a prolongé sa garde à vue de trois jours afin d’approfondir l’enquête dans l’espoir de trouver les deux usurpateurs. Mais le prévenu a nié les connaître et a été déféré, en état d’arrestation, devant le procureur du Roi.




Celui-ci l’a auditionné pour le chef d’inculpation d’escroquerie. Le parquet a, par ailleurs, ordonné le lancement d’un avis de recherche à l’encontre du Saoudien et sa diffusion dans les ports et les aéroports.
Selon les mêmes sources, les deux faux adouls avaient promis à l’étudiante d’effectuer les procédures d’enregistrement de l’acte de mariage au tribunal de Salé.
Mais les deux accusés ont disparu après avoir perçu d’importantes sommes d’argent de la part du Saoudien. Le scandale a éclaté quand l’étudiante a découvert que l’acte de mariage était falsifié et que les deux adouls étaient des escrocs.
Selon le quotidien Assabah, l’étudiante aurait subi des pressions du parquet général, jeudi dernier, au cours de son audition, afin qu’elle se désiste en faveur du moqqadem pour éviter qu’il ne perde son emploi.