Condamnation d'infirmières accusées de vols de biens de patients décédés de la covid-19

Un an de prison pour les infirmières accusées de vols de biens de patients décédés de la covid-19




La chambre criminelle de première instance près la Cour d’appel de Taza a reconnu coupables des deux infirmières, poursuivies pour vols de biens appartenant à des patients décédés des suites de la Covid-19.




Les deux infirmières ont été condamnées, chacune, à un an de prison ferme et à supporter les frais et les dépens de justice.
Le tribunal a débuté, en décembre, le procès des deux infirmières exerçant à l’hôpital provincial Ibn Baja de Taza et poursuivies en état d’arrestation, suite à une décision du parquet après l’enquête menée par la police judiciaire de la ville.
Les faits ont été révélés suite à des plaintes déposées par les familles des personnes décédées, notamment de la famille d’un MRE.




Elle avait fait état de la disparition de son smartphone et d’une somme d’argent en devises locale et étrangère, qu’il avait sur lui lors de son admission à l’hôpital.
La police judiciaire a lancé une enquête, qui a conduit à consulter les enregistrements de caméras de surveillance au niveau de l’unité dédiée aux patients atteints de la Covid-19 au sein dudit établissement.
La consultation du registre des infirmiers a ainsi permis d’identifier deux infirmières, qui ont été entendues par la police.