L’ONU adopte une résolution pour sauvegarder les sites religieux soutenue par le Maroc

L’ONU adopte une résolution pour sauvegarder les sites religieux soutenue par le Maroc




L’Assemblée générale de l’ONU a adopté jeudi par consensus une résolution initiée par l’Arabie Saoudite, et soutenue par plusieurs pays, dont le Maroc, poussant à une « culture de paix et de tolérance pour sauvegarder les sites religieux ». Une conférence mondiale est prévue prochainement pour soutenir cet objectif.




Le texte « demande à la communauté internationale de redoubler d’efforts pour favoriser un dialogue à l’échelle mondiale sur la promotion à tous les niveaux d’une culture de la tolérance et de la paix fondée sur le respect des droits humains et de la diversité des religions et des convictions », a souligné l’ambassadeur saoudien à l’ONU, Abdallah al-Mouallimi.
Et d’ajouter que les sites religieux sont des enceintes de paix, représentant l’histoire, le tissu social des individus. « Quelle douleur de voir ces sites religieux menacés ou détruits, qu’il s’agisse de mosquées musulmanes, d’églises chrétiennes, des synagogues juives ou des temples sikhs ou indous », poursuit-il.




Dans sa résolution, qui n’est pas contraignante mais a une valeur politique importante, l’ONU « condamne tous les actes et toutes les menaces de violence, de destruction, de dégradation ou de mise en péril visant des sites religieux », comme elle dénonce « tout acte visant à faire disparaître ou à transformer par la force tout site religieux ».
À ce sujet, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, est invité à convoquer une conférence mondiale qui réunira les entités des Nations unies, les États membres, des personnalités politiques, des chefs religieux, des organisations d’inspiration religieuse.




Mais également les médias, la société civile ainsi que d’autres parties prenantes. L’objectif est « de contribuer à mobiliser un soutien politique en faveur d’actions visant à faire avancer le plan d’action des Nations unies pour la protection des sites religieux », précise le texte. En plus du Royaume du Maroc, l’initiative de l’Arabie a été soutenue par l’Egypte, les Émirats arabes unis, l’Irak, le Pakistan et le Venezuela.
À noter que l’Union européenne et les Etats-Unis ont souligné avoir approuvé le texte saoudien après avoir apporté des modifications importantes lors de négociations.