Le ministre de l'Emploi au cœur d'un scandale d'emplois fictifs

Le ministre de l’Emploi au cœur d’un scandale d’emplois fictifs




Le ministre de l’Emploi, Mohamed Amekraz, est au cœur d’un scandale d’emplois fictifs à Ouazzane. Selon un parlementaire, l’ANAPEC aurait publié une opportunité d’emplois pour 300 personnes dans une usine de confection… qui n’existe pas.




La guerre électorale entre le PAM et le PJD est (déjà!) déclarée. Un échange d’accusations de part et d’autre vient d’éclater et met au centre le ministre de l’Emploi, Mohamed Amekraz. A
l Akhbar rapporte que le ministre PJDiste fait l’objet d’accusations virulentes de la part de parlementaires du PAM. La raison: l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) aurait lancé un appel à candidatures pour des emplois dans un établissement qui n’existe pas.
Dans le détail, les détracteurs de Mohamed Amekraz dénoncent une annonce d’emploi fictive, qui concerne pas moins de 300 postes dans une usine de confection à Ouazzane, une ville dont les élus du PJD président aux destinées. Selon eux, l’unité dont il est question dans cette annonce n’existe pas.




Il ne s’agirait que d’une idée de projet qui attend encore de trouver le foncier et le financement nécessaires pour sa réalisation. Selon Al Akhbar, les parlementaires du PAM comptent questionner le ministre de l’Emploi sur cette affaire sous la coupole, dans le courant de cette semaine.
Ils envisagent même d’aller encore plus loin en saisissant la justice. Pour eux, cette affaire est une arnaque dont les principales victimes sont les populations de la ville de Ouazzane. Bien entendu, ces accusations ont rapidement fait sortir de leurs gonds les élus PJD de cette ville qui les ont rapidement démenties.
Pour eux, l’usine de confection dont il est question est bien créée d’un point de vue administratif et l’assiette foncière où elle devrait être érigée vient de faire l’objet d’un accord du Conseil communal de la ville pour sa mobilisation.




Le quotidien souligne également que les défenseurs du ministre de l’Emploi assurent que l’annonce publiée par l’Anapec entre parfaitement dans le cadre des prérogatives de cette agence.
Cette dernière a également réagi à cette affaire, comme l’explique Al Akhbar. L’agence assure avoir effectivement reçu le dossier relatif à cette annonce de la part de la société « Ouazzane Tex » et qu’elle a publié l’annonce après s’être assurée que le dossier répondait aux normes.
Quoi qu’il en soit, il est clair, pour les sources citées par le journal, que cette affaire entre dans le cadre de la guerre électorale que se livrent le PAM et le PJD à l’approche des prochaines échéances législatives. Chaque parti tente, en effet, de nuire à l’image de l’autre chez les électeurs.