Maroc: campagne de communication pour déconstruire les idées reçues sur les migrations

Maroc: campagne de communication pour déconstruire les idées reçues sur les migrations




Une campagne de communication a été lancée pour déconstruire les idées reçues sur les migrations, au niveau des villes d’Oujda, Al Hoceïma et Fnideq, qui accueillent nombre de migrants présents au Maroc depuis des années.




L’initiative a été lancée par la Fédération des collectivités locales du Nord du Maroc et de l’Andalousie (ANMAR) et le Fonds andalous des municipalités pour la solidarité internationale (FAMSI).
Ceci dans le but de «lutter contre la diffusion de fausses nouvelles et les rumeurs sur les migrations, spécialement dans le contexte la pandémie de la Covid-19», indique un communiqué.
Les initiateurs décrivent une «action inédite», qui promeut la diversité culturelle et le vivre-ensemble.
L’idée est de consacrer «une vision juste et réaliste du fait migratoire au Maroc», pays de résidence d’une population étrangère depuis des décennies et qui connaît un mouvement accéléré.




Notamment avec le lancement de la Stratégie nationale d’immigration et d’asile (SNIA)».
La même source indique que cette campagne «s’appuie sur les faits et les données les plus récentes pour transmettre à l’opinion publique locale et nationale des informations vérifiées sur les migrations».
À cet effet, «une enquête sociologique est en cours de réalisation auprès d’un échantillon représentatif de la jeunesse des trois villes pour recueillir leurs perceptions des migrations» et «sera prête courant du premier trimestre 2021», selon les initiateurs.
L’objectif est également d’«ancrer l’enjeu migratoire au niveau territorial et offrir aux communes participantes des outils de gestion des questions de la diversité».




Mais aussi d’offrir aux communes participantes «une meilleure prise en compte de cet enjeu dans leurs politiques publiques».
Le volet de sensibilisation du public sera assuré via «le canal digital des médias et des réseaux sociaux et l’organisation d’activités en partenariat avec les organisations sociales locales».
Dans ce sens, les initiateurs ont lancé un appel aux médias locaux pour s’associer à cette dynamique, afin de «multiplier son impact auprès des populations des trois villes».
Cette campagne est initiée aussi dans le cadre du projet «Gouvernance et interculturalité: villes méditerranéennes, villes diverses», avec l’appui du programme MC2CM d’ICPMD, ONU Habitat et CGLU.