France: Saisie de 590 kilos de cannabis marocain près de Reims

France: Saisie d’une importante quantité de cannabis marocain près de Reims




Les gendarmes de la Section de recherches de Nancy en coordination avec leurs homologues de Reims et les policiers de la direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) de Nancy ont réussi à saisir 590 kilos de résine de cannabis et à interpeller cinq trafiquants, après plusieurs mois d’enquête.




Sur la base d’informations recueillies via le système de communication crypté EncroCha, les investigations commencent au mois de mars 2020.

François Pérain, procureur de la République de Nancy, avait ordonné l’ouverture d’une information judiciaire pour des faits d’importation de produits stupéfiants en bande organisée, trafic de stupéfiants et blanchiment.

Sous le contrôle de la Juridiction interrégionale spécialisée de Nancy, les enquêteurs avaient pu identifier un réseau de trafiquants organisés, principalement entre Bar-le-Duc et Reims. La drogue était transportée du Royaume du Maroc vers la France via l’Espagne.




Les enquêteurs ont mené une opération le 25 janvier dernier, et ce, avec la collaboration de la Guardia civil espagnole. En tout, cinq individus dont deux femmes ont été interpellés à Bar-le-Duc, dans le secteur de Reims et en Espagne.

Ils sont âgés de 25 à 50 ans. Parmi eux, un Meusien visé par un mandat d’arrêt européen connu pour trafic de stups interpellé à Malaga.

Il sera extradé vers la France. Quant aux autres suspects, ils ont été mis en examen dans le cadre de ce trafic. Trois d’entre eux ont été placés en détention provisoire. Lors des perquisitions à Tinqueux, les enquêteurs ont saisi 590 kilos de résine de cannabis.




Ils étaient stockés dans deux véhicules stationnés dans un box. « La drogue était encore conditionnée sous la forme de ballots d’une trentaine de kilos pour une valeur marchande estimée à plus d’un million d’euros », précise dans un communiqué la JIRS de Nancy.

Un pistolet automatique de calibre 7.65, des munitions tout comme cinq véhicules haut de gamme, « dont deux étaient volés » et 22 000 € en liquide ont également été placés sous scellés.

« Les enquêteurs saisissaient également la comptabilité d’une société de location de véhicules soupçonnée de servir au blanchiment d’une partie du produit du trafic », précise encore la JIRS.