Le Maroc et la Russie renforcent leur coopération

Le Maroc et la Russie renforcent leur coopération




Le Maroc renforce sa coopération avec la Russie dans les domaines du commerce et de la défense. Dans le secteur minier, la Russie est déjà présente au Maroc, avec l’installation à Nador d’une usine de raffinerie de pétrole.




Le Maroc est devenu le troisième partenaire économique le plus puissant de la Russie en Afrique. Les premiers accords commerciaux entre les deux États remontent au XVIIᵉ siècle.

Depuis l’an 2 000, les relations commerciales bilatérales se sont considérablement développées dans le secteur minier, avec l’installation à Bouyafar (Nador), d’une usine de raffinerie de pétrole d’une capacité de 100 000 barils par jour.

En 2016, le voyage du roi Mohammed VI au Kremlin a été déterminant pour les relations bilatérales entre les deux pays.

À cette occasion, plusieurs conventions, accords et mémorandums dans les secteurs agricole, économique et politique ont été signés. On se souvient du 62ᵉ anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques maroco-russes en septembre 2020.




Le ministère marocain des Affaires étrangères avait réaffirmé, dans un communiqué, la volonté du royaume «d’approfondir le dialogue politique avec la Russie sur les principales questions internationales et régionales».

L’accent avait été également mis sur la coopération économique et technologique entre la Russie et le Maroc, en particulier dans le secteur de l’énergie.

Dans le domaine militaire, le Maroc a accordé des facilités aux investisseurs russes, ce qui a permis au plus grand constructeur de véhicules militaires, Kamaz, d’ouvrir son siège au Maroc.

De même, lors de la visite de Mohammed VI à Moscou en 2016, des démarches avaient été entreprises pour acquérir un premier sous-marin pour 300 millions d’euros avec 18 missiles anti-navires afin de contrôler les eaux proches des îles Canaries.




En outre, les deux pays ont signé un accord concernant la protection mutuelle des informations classifiées dans le domaine militaire technique.

Le Maroc prévoit d’activer une douzaine de mines d’exploitation de cuivre provenant de la Russie. D’autres accords sont aussi en cours de négociation pour l’exploitation du phosphate russe.

N’eût été la crise sanitaire, le président russe, Vladimir Poutine, aurait déjà effectué une visite officielle au Maroc. Pour autant, les négociations ne se sont pas arrêtées.

Le 20 décembre 2020, le directeur de l’agence de pêche russe, Mikael Tarasov, a visité les villes de Laâyoune et de Boujdor au Sahara, bien que la Russie ait officiellement critiqué le décret de Donald Trump qui reconnaît la souveraineté du Maroc sur le Sahara.