Dessalement d’eau de mer: le gouvernement veut plus d’implication du secteur privé

Dessalement d’eau de mer: le gouvernement veut plus d’implication du secteur privé




L’Exécutif est décidé à donner une chance aux entreprises marocaines qui souhaitent s’impliquer dans la réalisation des projets de dessalement d’eau. Des projets en mode PPP devraient ainsi voir le jour dans les prochaines années.




Le gouvernement compte sur les opérateurs privés pour s’impliquer davantage dans les projets de dessalement de l’eau, rapporte Aujourd’hui Le Maroc dans sa publication de ce vendredi.

Le journal affirme que selon Abdelkader Amara, ministre de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau, l’Exécutif va donner leur chance aux entreprises marocaines.

Notons que de nombreux projets de dessalement d’eau sont en chantier actuellement dans le pays. «Dans ce sens, le responsable gouvernemental a annoncé devant les parlementaires que les premières mesures ont déjà été lancées dans le cadre du projet de station de dessalement de l’eau de mer au niveau du littoral de Casablanca.




Ceci avec une capacité de production avoisinant les 300 millions de ㎥, ce qui fera de cette station la plus importante à l’échelle du continent africain», souligne Aujourd’hui Le Maroc, ajoutant que le Maroc commence à voir les choses en grand dans ce domaine.

D’ailleurs, le ministre a fait savoir que le Royaume du Maroc a un objectif de 1 milliard de m3 issu des stations de dessalement d’eau de mer au cours des prochaines années.

«Si les stations de dessalement figurent en bonne place dans la stratégie marocaine au même titre que la politique de construction des barrages, l’État aspire également à faire de la production écologique», a aussi indiqué le quotidien.




Force est de signaler que le ministère de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau annonce l’intégration des énergies renouvelables dans les stations de dessalement. Notons également que le gouvernement entend jouer la carte de la décarbonisation des process jusqu’au bout pour obtenir de l’eau écolo.

Rappelons que plusieurs villes marocaines connaissent actuellement la réalisation de stations de dessalement, notamment Al Hoceima, Laâyoune, Boujdour ainsi que plusieurs projets au niveau de certains points de débarquement de pêche.

Notons aussi que d’autres projets sont prévus à Agadir, Sidi Ifni et Tarfaya, et que l’État compte mobiliser de gros moyens financiers pour la réalisation de ces projets.