Kelaâ des Sgharna: un enseignant arrêté pour avoir violé plusieurs élèves

Kelaâ des Sgharna: un enseignant arrêté pour le viol de plusieurs élèves




Les services de police de Kelaâ des Sgharna ont interpellé, mercredi dernier, un instituteur accusé d’avoir violé plusieurs élèves. Les examens médicaux subis par les sept filles ont montré qu’elles ont effectivement été victimes d’agressions sexuelles.




L’école primaire de Hay Jnane Bekkar à Kelaâ des Sgharna a été secouée par un sandale sexuel dont l’auteur présumé n’est autre qu’un enseignant qui aurait agressé et harcelé plusieurs de ses élèves.

Le quotidien Assabah rapporte que l’instituteur, un quadragénaire, marié et père de plusieurs enfants, a été arrêté mercredi dernier. Les élèves ainsi que leurs parents ont organisé des protestations devant l’école l’accusant d’avoir harcelé sexuellement ses élèves. C’est ce qui a poussé le directeur, qui avait reçu sept plaintes, à informer les services de police.




Les services de police se sont très vite rendus sur place pour interpeller l’accusé et l’emmener au commissariat. Selon les premiers éléments de l’enquête, sept filles, qui suivent les cours du sixième primaire, ont été victimes d’exploitation sexuelle par leur instituteur.

Par la suite, deux autres élèves, qui étudient en première année secondaire, ont porté plainte, accusant le prévenu de les avoir violées l’année dernière. Les mêmes sources indiquent que l’accusé avait pris l’habitude d’agresser ses élèves mineures après les avoir attirées d’une manière subtile.




Après l’éclatement de ce scandale, des parents d’élèves avaient fait passer des examens médicaux à leurs filles afin de s’assurer qu’elles n’avaient pas été victimes de l’instituteur.

Le mis en cause a été placé en garde à vue pour une enquête plus approfondie sous la supervision du procureur général près de la cour d’appel de Marrakech. La section de la Ligue marocaine pour la protection de l’enfance à Kelaâ des Sgharna s’est constituée partie civile. L’acteur associatif, Othman Rachid, a déclaré que l’instituteur est accusé d’un crime abject qui requiert des peines sévères.