Les Marocains s’intéressent très peu à la politique

Les Marocains s’intéressent très peu à la politique




En marge des élections de cette année au Maroc, l’Institut des études sociales et médiatiques (IESM) a réalisé un sondage pour connaitre l’avis des Marocains vis-à-vis de la classe politique. Les résultats de cette enquête réalisée sur un échantillon de 875 femmes et hommes âgés de 18 ans et plus, montrent qu’ils ne s’intéressent que très peu à la politique.




Le sondage a enregistré moins de femmes (15,2 %) que d’hommes (84 %). La majorité des femmes affirment ne pas s’intéresser aux affaires politiques.

Elles sont nombreuses à avoir refusé le formulaire du sondage. Les résultats du sondage s’expliquent aussi par le fait que 67 % des Marocains sondés affirment avoir déjà voté aux précédentes élections, 27,9 % n’ont jamais voté et 4,9 % n’avaient pas l’âge légal pour le faire.

En ce qui concerne le facteur confiance chez les personnes sondées, 60 % ont affirmé qu’elles ne peuvent se fier aux hommes politiques, 11,5 % font encore confiance, 26,7 % n’ont pas une confiance totale en eux tandis que 2,6 % sont indécis et ne savent pas s’il faut avoir confiance ou pas.




Le sondage de l’IESM s’est également intéressé sur la connaissance qu’ont les citoyens des partis politiques, de leurs programmes et leurs orientations.

À ce niveau, les résultats montrent que 42,2 % des personnes interrogées ont une parfaite connaissance des partis politiques et de tout ce qui les entoure, tandis que 25,3 % ont une connaissance moyenne, 22,3 % ont une connaissance et des informations sur quelques partis politiques tandis que 10,3 % des personnes affirment n’avoir aucune information sur ces derniers.

À la question de savoir si la religion est un critère dans le choix d’un parti politique, 84,2 % des personnes interrogées ont affirmé que le critère religieux ne définissait pas leur choix de parti politique.




Mais environ 11 % des personnes sondées ont déclaré que ce facteur était très important, et environ 5 % des personnes sondées sont restés indécis.

En ce qui concerne l’influence de l’argent sur les résultats des élections, 81,3 % des personnes sondées affirment que l’argent impacte fortement les résultats des élections, 16,2 % estiment que l’impact est limité tandis que 2,5 % des personnes interrogées affirment que ces deux paramètres n’affectent plus les résultats des élections.

Concernant la possibilité d’accorder son vote à un candidat sur la base de son sexe ou son âge, 90,6 % des personnes sondées déclarent qu’elles ne voteront pas pour un candidat juste parce qu’il est un homme ou un femme, un jeune ou un vieux.