Les accidents de travail font 2 000 morts par an au Maroc

Les accidents de travail font 2 000 morts par an au Maroc




Le Maroc enregistre près de 2 000 décès par an liés à des accidents de travail, soit l’un des chiffres les plus élevés dans la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), indique le Bureau International du Travail (BIT). Face à ces chiffres alarmants, le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) a plaidé pour une réforme du système de santé et de sécurité au travail fondée sur une vision globale.




Lors d’un atelier de restitution virtuelle, consacrée à la présentation de l’avis du Conseil intitulé « Santé et sécurité au travail : un appui essentiel au développement économique et social », Ahmed Réda Chami a invité à la vigilance afin de « remédier aux carences et de faire progresser les normes de santé et sécurité dans notre pays. »

Pour le président du CESE, tout le monde est concerné par ces risques de travail, car ils peuvent se traduire soit par des accidents de travail soit par le développement de maladies dites professionnelles. Dans le cadre d’une auto-saisine, une étude a été réalisée par le CESE.




C’était sur la question de la santé et de la sécurité au travail. Cette étude concerne aussi bien le secteur public que privé avec leurs différentes composantes, notamment les TPE, le secteur agricole et le secteur informel. Cette étude a relevé d’importantes lacunes dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail.

Au nombre de ces lacunes, il y a une mise en œuvre limitée des règles de santé et de sécurité au travail dans le secteur privé, une non-inclusion du système dans le secteur public et un manque de compétences spécialisées. A cela s’ajoutent des problèmes de la gouvernance du système de santé.




Mais aussi de sécurité au travail, de la dispersion de la responsabilité de gestion de la santé et de la sécurité entre plusieurs acteurs, des limites de la législation nationale face aux normes internationales et de la faiblesse de la protection sociale. Par ailleurs, des progrès importants ont été réalisés dans ce domaine, selon la même étude.

Ils concernent notamment l’élaboration du projet de loi-cadre sur la santé et sécurité au travail, la création de l’Institut national des conditions de vie au travail et l’élaboration de la politique nationale et du programme national de santé et de sécurité au travail pour la période 2020-2024.