Marocanité du Sahara: l’Algérie veut faire pression sur les États-Unis

Marocanité du Sahara: l’Algérie veut faire pression sur les États-Unis




Les élus algériens ont adressé une correspondance à l’actuel président américain Joe Biden pour lui demander d’annuler le décret portant reconnaissance des États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental pris par son prédécesseur, Donald Trump.




L’Algérie cherche coûte que coûte à obtenir de l’administration Biden l’annulation du décret américain signé le 10 décembre dernier.

« Le décret de Trump sur le Sahara occidental viole les principes des États-Unis sur cette question », affirment les groupes parlementaires de l’Assemblée nationale populaire (APN) et le Sénat algériens dans une correspondance adressée à l’actuel locataire de la Maison-Blanche, dont le résumé a été publié sur Facebook.

Les élus algériens rappellent que le Sahara a été « classé par l’ONU comme un territoire non autonome depuis 1963 » et que « le droit des peuples à l’autodétermination constitue un principe dans l’histoire des États-Unis et une règle fondamentale du droit international ».




Ils se félicitent de l’engagement de la nouvelle administration à œuvrer pour plus de dialogue et de concertation dans la résolution des conflits et des problèmes internationaux, et l’appellent par ailleurs à annuler le décret de Trump.

Lors de son audition au Congrès pour confirmation de sa nomination, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken avait d’ailleurs affirmé que les accords de normalisation des relations diplomatiques entre Israël et quatre pays arabes dont le Maroc seront réexaminés.

« Il y a certains engagements qui ont pu être pris dans le contexte de la normalisation de leurs relations avec Israël par ces pays, que je pense que nous devrions examiner attentivement », avait-il répondu à un membre du Congrès.