Times of Israel évoque l’engagement de la Franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten

Times of Israel consacre un article à l’engagement de la Franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten




Le journal Times of Israel a consacré un article à l’engagement de la Franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère d’Imad, premier militaire assassiné à Toulouse par Mohammed Merah le 11 mars 2012.




Elle avait créé l’association «Imad pour la jeunesse et la paix» après le décès de son fils, qui organise des interventions dans des écoles, des maisons d’arrêt ou des foyers, mais aussi des projets éducatifs comme la restauration d’un musée au Maroc par «une vingtaine de jeunes en difficulté, issus d’un milieu social défavorisé» en 2018.

Mme Ibn Ziaten est persuadée que la prévention des dérives sectaires et extrémistes passe avant tout par l’investissement dans l’accompagnement des jeunes.

Selon elle, le «piège» de la radicalisation plane sur les jeunes «livrés à eux-mêmes», «fatigués et rejetés de partout». «Il faut réussir à savoir ce qu’il se passe dans la tête d’un jeune et quelles solutions on peut lui proposer», résume-t-elle. «Quand vous n’avez pas les chances à disposition pour réussir.




Quelqu’un peut vous récupérer», ajoute-t-elle. Pour elle, l’accompagnement quotidien des enfants placés en foyer est un des enjeux clés, tout comme l’accès à des assistants de service social dans tous les établissements scolaires et la réinsertion des détenus à leur sortie de prison.

Au fil des ans, cette Franco-marocaine de 61 ans est devenue une figure de la lutte contre la radicalisation en France. Elle recevra, jeudi 11 février, le prix Zayed 2021 de la fraternité aux Émirats arabes unis pour son engagement.

Ce prix lui sera remis (ainsi qu’au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres), lors d’une cérémonie virtuelle à Abou Dhabi, présentée par le pape François et le grand imam d’Al-Azhar. «C’est un grand honneur» et « ça va vraiment m’aider dans mon travail », dit-elle.