(Vidéo) Fuyant la persécution au Maroc, un Marocain homosexuel trouve pire au Royaume-Uni

Fuyant la persécution au Maroc, un Marocain se dit victime d’homophobie au Royaume-Uni




Alors qu’il avait fui le Maroc par crainte d’être persécuté en raison de son orientation sexuelle, Abderrahim El Habachi dit endurer plus d’homophobie au Royaume-Uni. Sa demande d’asile a été rejetée.




Le jeune homme 28 ans a déclaré qu’il ne se sentait « pas en sécurité » en vivant aux côtés d’hommes d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient après son arrivée à Cardiff en 2017, rapporte BBC. Il dit être victime d’homophobie et demande à être logé dans une maison exclusivement aux demandeurs d’asile LGBT au Pays de Galles.

Dans sa réponse, le ministère de l’Intérieur a déclaré qu’il a toujours insisté sur le fait que les fournisseurs d’hébergement doivent « tenir compte de toutes les circonstances et de toute vulnérabilité ». Le jeune Marocain vit avec un paradoxe. « J’avais fui un pays qui était dangereux pour moi.




À cause de qui je suis, et j’ai été placé dans un environnement qui me semblait plus dangereux que la situation que j’avais quittée », a-t-il déclaré. En 2017, il avait décidé de fuir le Maroc pour s’installer au Royaume-Uni. Il s’est retrouvé à Cardiff, logé avec des hommes d’une culture similaire.

Selon lui, ils tiennent des propos homophobes et transphobes. Je pensais que je viendrais ici et que je serais capable de m’embrasser, mais au lieu de cela, je me sentais très en insécurité », regrette Abderrahim, soulignant que les centres d’accueil pour les demandeurs d’asile et les réfugiés n’étaient pas destinés aux LGBT.




Il souligne que « les centres d’accueil pour les demandeurs d’asile et les réfugiés étaient principalement destinés aux cisgenres. Je me suis senti malvenu », a-t-il ajouté. Le jeune marocain avait déposé une demande d’asile au Royaume-Uni, laquelle avait été rejetée. Il avait fait appel de cette décision. Sans succès.

Le ministère de l’Intérieur lui a demandé de retourner au Maroc. Sachant que toute forme d’intimité entre personnes de même sexe – y compris les baisers – est illégale au Maroc et passible de trois ans de prison, Abderrahim se bat pour rester au Royaume-Uni. Il entend déposer une nouvelle demande d’asile.




Atteint du Sida, ce jeune homosexuel originaire d’Agadir avait raconté son histoire dans la vidéo ci-dessous: