Tanger: 26 morts dans une usine clandestine de confection: ce qu’il s’est passé

Tanger: 26 morts dans une usine clandestine de confection: le film des évènements




Grâce à des sources sur place et à des survivants, nous en savons un peu plus sur le drame de ce lundi 8 février qui a coûté la vie à 26 personnes dans une usine clandestine de confection. Le récit.




Selon les premiers éléments recueillis sur place, le drame est survenu ce matin entre 7 et 8 heures avec les fortes précipitations que connait la ville de Tanger. Dans un sous-sol, qui s’étale sur deux niveaux dans une villa, située sur la Route de Rabat, un particulier a installé une usine clandestine de textile.

Dans un premier temps, les fortes pluies ont envahi rapidement le deuxième sous-sol où 19 femmes ont trouvé la mort par noyade. Au premier sous-sol, qui sert de dépôt et où s’activaient des hommes pour emballer la marchandise, 7 personnes (des hommes) ont été victimes d’une électrocution. Le contact de l’eau avec les machines, fonctionnant à un haut voltage, ne leur a laissé aucune chance.




Cette usine, employant plus de 35 salariés(ées), ne porte pas de nom. Les locaux, la villa en l’occurrence, appartiennent à une marocaine résident à l’étranger et c’est, selon nos sources, son frère qui les louait à un industriel qui y a installé une unité de production. Au moment où nous mettons en ligne, une enquête est toujours en cours sous la supervision du parquet compétent.

Les enquêteurs interrogent aussi bien les survivants que le propriétaire de l’usine et ses proches collaborateurs. Mais aussi des habitants de cette zone résidentielle composée essentiellement de villas et où, selon nos sources, il est interdit d’ouvrir des unités industrielles et même des commerces.