Enfin le vote pour les Marocains du monde ?

Enfin le vote pour les Marocains du monde ?




La participation directe des MRE aux élections pourrait être bientôt acquise. Plusieurs partis de la majorité et de l’opposition semblent avoir harmonisé leurs points de vue sur la question.




Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) pourront bientôt avoir une liste au parlement, en remplacement de celle des jeunes qui serait supprimée, rapporte le quotidien Al Ahdath Al Maghribia qui précise que cette liste est le ticket de participation des MRE aux prochaines échéances électorales prévues pour cette année.

Mais il faut souligner que cette liste ne pourrait être utilisée sans que mention n’en soit faite dans le code électoral avant la tenue du scrutin.

La participation directe des MRE aux élections n’avait pas été approuvée par le gouvernement Benkirane qui avait argué de son incapacité à déployer la logistique nécessaire pour une telle opération et proposé en lieu et place le vote par procuration.




Une proposition à laquelle s’était opposée la ministre déléguée chargée des MRE, Nezha El Ouafi, qui considérait le vote par procuration comme «une injustice envers les Marocains résidant à l’étranger qui bénéficient de l’intégralité des droits de citoyenneté, y compris celui du vote et de candidature aux élections».

La proposition du groupe parlementaire du PAM à la Chambre des représentants doit permettre d’activer l’article 17 de la Constitution qui garantit le droit de vote aux MRE.

Soutenue par le PJD, elle avait été soumise à l’appréciation du gouvernement de Saâd-Eddine El Othmani. Selon cet article, «les Marocains résidant à l’étranger jouissent des droits de pleine citoyenneté.




Y compris du droit d’être électeurs et éligibles. Ils peuvent se porter candidats aux élections au niveau des listes et des circonscriptions électorales locales, régionales et nationales.

La loi fixe les critères spécifiques d’éligibilité et d’incompatibilité. Elle détermine, de même, les conditions et les modalités de l’exercice effectif du droit de vote et de candidature à partir des pays de résidence».

Constatant cette absence d’unanimité sur le sujet, la ministre Nezha El Ouafi avait lancé un appel à l’ouverture d’un débat national afin de trouver un consensus national pour l’activation de l’article 17 qui selon elle, constitue l’un des acquis constitutionnels du Maroc.