Le Maroc exhorte les pays arabes à un éveil collectif

Nasser Bourita exhorte les pays arabes à un éveil collectif




Depuis quelques mois, des stratégies visant à désunir les Arabes se multiplient. Intervenant lors de la réunion d’urgence avec ses homologues des pays arabes organisée lundi par visioconférence, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, prévient contre les dangers internes et externes de ces plans de division et appelle à une mobilisation, afin de les affronter.




« Suivant la vision de SM le Roi Mohammed VI concernant l’action arabe commune basée sur l’importance d’une analyse objective et impartiale de la réalité arabe, il est important de mettre en garde contre les risques internes et externes qui visent à diviser les pays arabes, afin de susciter la mobilisation et la détermination pour affronter ces plans et partant, ressusciter le pouvoir décisionnel arabe et dessiner les contours d’un avenir qui répond aux aspirations de nos peuples au développement et qui soit au niveau du degré de civilisation de notre nation arabe dans le cadre du plein respect de l’intégrité territoriale et de la souveraineté nationale des pays arabes », a déclaré Nasser Bourita. Mais la réalisation de ces ambitions doit être fondée sur un système de gestion de l’action arabe commune solide.




Mais également une priorité pour les responsables et cadres concernés, a ajouté Nasser Bourita, réaffirmant la position décisive et claire du Maroc, sous la conduite de SM le Roi, président du Comité Al-Qods, au profit de la cause palestinienne et son attachement à un règlement pacifique basé sur la solution à deux États. Déjà, le Maroc s’inscrit dans une approche efficiente mise en œuvre par l’Agence Bayt Mal Alqods Acharif concernant la préservation des monuments historiques de la ville sainte et pour accompagner les Maqdessis à bénéficier de l’ensemble de leurs droits, a souligné le chef de la diplomatie marocaine. Ainsi, cette rencontre donne l’opportunité pour un vrai départ vers une gestion rationnelle de l’action arabe commune, qui brise les pratiques du passé et les calculs étriqués, a-t-il conclu.