Tanger: arrestation d’une femme qui vendait des masques portant les logos des forces publiques

Tanger: arrestation d’une femme qui vendait des masques portant les logos des forces publiques




Des logos de la sûreté nationale, de la gendarmerie royale et des forces auxiliaires sont récemment apparues sur une marque de masques anti-Covid-19. Une Tangéroise, qui serait derrière la confection de ces masques, vient d’être arrêtée.




En cette période où les masques anti-Covid sont proposés à profusion dans les grands et petits commerces, certains vendeurs rivalisent d’ingéniosité, parfois en violation de la loi, pour écouler leurs produits. C’est ce qui vient de se passer à Tanger où, selon le quotidien arabophone Al Akhbar, une vendeuse n’a pas hésité à utiliser les logos des forces publiques pour «griffer» les masques dont elle a fait son fonds de commerce.

C’est ainsi que les services de la Police judiciaire de la ville de Tanger, en collaboration avec le pôle chargé de la lutte contre la cybercriminalité, ont réussi à identifier et arrêter, mercredi soir, cette femme de 39 ans.




Ils ont retrouvé à son domicile de nombreux logos truqués des forces publiques. Selon Al Akhbar, tout est parti des services de la veille électronique au sein de la Direction générale de la sûreté nationale, services qui ont intercepté des annonces publiées sur les réseaux sociaux en vue de proposer à la vente des lots de masques portant les logos officiels des forces publiques.

L’enquête immédiatement diligentée a permis d’arrêter à Tanger, et en flagrant délit, l’auteure de cet acte illégal. La PJ a saisi chez elle quelque 115 casquettes et 876 masques de protection portant les logos de la police, de la gendarmerie royale et des forces auxiliaires.




Sous la supervision du parquet général, deux complices ont été également placés en garde à vue avec la principale accusée. Le quotidien Al Akhbar Al Akhbar met en exergue la gravité d’un tel acte, car l’usage des logos officiels des différents corps de la force publique peut servir à des usurpateurs de fonction pour commettre tous genres de crimes.

Et le journal de rappeler que sur plainte du ministère de la Santé et celui du Commerce de l’économie numérique, les forces de sécurité ont récemment démantelé, toujours à Tanger, un réseau spécialisé dans la vente de masques qui ne répondent pas aux normes de sécurité sanitaire en vigueur au Royaume du Maroc.