(Vidéo) À 17 ans, ce jeune marocain livre un brillant plaidoyer sur la marocanité du Sahara

(Vidéo) À 17 ans, ce jeune marocain livre un brillant plaidoyer sur la marocanité du Sahara




S’il fallait une preuve que la jeunesse marocaine ne se désintéresse pas de la politique de son pays, la voici! Avec fierté et brio, ce jeune Casablancais analyse l’actualité internationale à la lumière de l’histoire du Maroc.




Élève de terminale dans un établissement casablancais, il s’appelle Azeddine Lahlou, il a 17 ans, et la politique, il l’a incontestablement dans le sang. Dans un plaidoyer aussi engagé qu’engageant, filmé et partagé il y a deux semaines, ce jeune marocain explique à coups d’arguments éclairés pourquoi le Sahara était, est et restera toujours marocain.

Dans cette vidéo rafraichissante qui témoigne de l’engagement de la jeunesse marocaine et à travers laquelle se profile l’esprit des politiciens marocains de demain, Azeddine Lahlou choisit de s’exprimer en français pour, explique-t-il, être compris en dehors des frontières du Royaume du Maroc.




«Il ne s’agit pas de prêcher des convaincus, ce n’est pas pour eux qu’il nous faut nous mobiliser le plus», argue-t-il, pointant du doigt ceux qui voient derrière l’attachement des Marocains à la cause du Sahara une vision dogmatique. «Le Maroc tire sa richesse de sa pluralité», entonne Azeddine Lahlou qui considère que cette particularité fait la force du pays sans rien lui enlever de son unité.

S’adressant face à la caméra avec aplomb, le jeune homme invite par ailleurs son public à ne pas confondre «l’appartenance à une ethnie et l’appartenance à un pays». Ainsi donc, poursuit le jeune homme, «nous ne pouvons pas dire que les Sahraouas ne sont pas Marocains».




Car au regard de l’histoire du pays, «les mourabitounes viennent du Sahara et ont contribué à faire le Maroc». Poursuivant son argumentaire, celui-ci décrète ainsi que «nous demander de nous séparer des Sahraouas, c’est nous demander de nous séparer d’un membre éminent de notre famille».

Le jeune orateur féru de livres d’histoire du Maroc, et en particulier ceux de Daniel Rivet, a ainsi souhaité, avec cette vidéo, mettre en adéquation cette histoire souvent méconnue, et donnant lieu à beaucoup de «contre-vérités dans les médias occidentaux», avec l’actualité du moment, à savoir la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur son Sahara par les États-Unis.




Et dans cette actualité à laquelle le jeune homme réagit avec beaucoup d’enthousiasme, il voit une «évidence» et la réparation d’une «injustice de l’histoire». Pour lui, mais aussi pour tous les Marocains de son entourage, «toutes classes sociales confondues», assure-t-il, cette annonce a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme, concédant que si «peu nombreux sont ceux qui s’intéressent à l’histoire du Maroc ou lisent des livres sur le sujet (…) tous les Marocains ont toutefois conscience de l’enjeu que représente le Sahara».

Pour Azeddine, qui entend se former pour aider son pays en se lançant dans la politique, il s’agit donc de démonter des contre-vérités à coups d’arguments historiques inébranlables. «Nous ne cesserons jamais le combat pour que triomphent la vérité et la justice», conclut-il.