La France traque les musulmanes qui refusent d’aller à la piscine

La France traque les musulmanes refusant d’aller à la piscine




Le ministre français de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer et la ministre déléguée auprès du de l’Intérieur, en charge de la citoyenneté, Marlène Schiappa, ont annoncé le 11 février se saisir de la délivrance de «certificats de complaisance d’allergie au chlore», qui permettraient aux jeunes filles d’être dispensées de cours de natation.




Dans un communiqué conjoint, ils décrivent un phénomène «qui semble être apparu récemment» et font le lien avec les débats sur le séparatisme.

«Le mot « islam » n’est pas écrit noir sur blanc, mais c’est tout comme», a noté L’Obs, citant les deux responsables qui estiment que «l’école ne doit pas être un terrain propice au séparatisme religieux» et que la question mériterait une enquête afin de «mesurer l’ampleur» du recours à la pratique des «certificats de complaisance».

«Ces dernières années, il est constaté une augmentation de délivrances par des professionnels de santé de certificats prescrivant une contre-indication aux cours de natation chez des jeunes filles», soulignent-ils.




«Ces certificats de complaisance dits d’allergie au chlore ne sauraient être tolérés dans les écoles de la République dès lors qu’ils ne reposent pas sur des raisons médicales.»

Le Conseil des sages de la laïcité relevant du ministère de l’Education nationale, sera charger de l’enquête. En août dernier, un ancien haut fonctionnaire, Jean-Pierre Obin, auteur du livre «Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école» a suggéré un séchage de cours par un nombre important de jeunes filles «sous (un faux) prétexte d’allergie au chlore».

Selon cet ancien haut fonctionnaire, elles se font prescrire une fausse contre-indication aux cours de natation afin d’être dispensées de cours de natation.