Des Marocains victimes d’attaques racistes aux Îles canaries

Des Marocains victimes d’attaques racistes aux Îles canaries




Ces derniers jours aux Îles Canaries, plusieurs migrants marocains ont été victimes d’attaques racistes. Trois d’entre eux ont porté plainte à la police nationale.




La montée du racisme aux Îles Canaries et principalement au centre de rétention des migrants devient préoccupante. De plus en plus, des attaques sont enregistrées de la part de certains voisins du centre qui semblent s’opposer à la présence de migrants dans le quartier.

« Il y a des attaques pratiquement tous les jours, c’est ce qui me fait le plus peur », explique un travailleur du centre, qui déplore les passages à tabac subis par des migrants, les jets de pierre et les propos racistes.

Trois victimes ont porté plainte à la police locale. Oussman, un migrant marocain de 25 ans, raconte qu’il a été attaqué par surprise et frappé à la tête par un jeune conduisant un scooter alors qu’il attendait ses amis autour du centre. Il ajoute avoir reçu des coups de pied violents qui lui ont causé une blessure à la mâchoire et à la jambe.




Un autre, Ahmed, 19 ans, confie s’être enfui de la plage pour échapper aux coups de pied de plusieurs jeunes. Hassan, lui, a été menacé avec une machette.

Selon un représentant de la Fondation Cruz Blanca, en charge de la gestion du centre, le confinement forcé recommandé aux migrants et au personnel technique de la Fondation par la police nationale depuis le 22 janvier dernier, pourrait avoir des impacts sur la santé mentale de ces derniers.

Pour sa part, le ministère de l’Intégration, qui se dit « très préoccupé par la situation », assure qu’il suit de près son évolution. « Nos centres sont des lieux d’entrée et de sortie libres, et nous ne pouvons pas permettre aux migrants accueillis d’avoir peur de sortir », a déclaré à elDiario.es, un porte-parole du secrétaire d’État aux migrations.