Drame de Tanger: le propriétaire de l’atelier de confection textile entendu par la police

Drame de Tanger: le propriétaire de l’atelier de confection textile entendu par la police




À Tanger, Adil Boullaili, propriétaire de l’usine textile dans laquelle plusieurs ouvriers ont trouvé la mort lors d’une inondation, le 8 février dernier, a été transféré de la clinique privée, où il était soigné, au siège de la préfecture de police de la ville du Détroit, pour y être interrogé par la police judiciaire.




Le propriétaire de cet atelier de textile où 28 ouvrières et ouvriers sont morts, noyés par les flots qui ont assailli cette unité, lundi 8 février, a quitté la clinique privée où il était hospitalisé depuis une semaine, et transféré au siège de la préfecture de police de Tanger, pour y être interrogé dans le cadre de l’enquête ouverte pour déterminer les responsabilités dans cette tragédie.

Les personnes rescapées qui ont survécu à ce drame sont également interrogées par la police judiciaire de la ville du Détroit. Dans une déclaration, le frère du propriétaire de l’atelier de confection affirme que Adil Boullaili a dû quitter la clinique.




Adil Boullaili a dû quitter la clinique « alors qu’il n’est pas encore complètement rétabli », et que son état de santé est toujours « fortement dégradé ». Rappelons que lors de l’inondation de l’atelier de confection textile, Adil Boullaili a lui-même failli perdre la vie, mais il a été secouru par un groupe d’ouvriers pour être transféré dans une clinique privée où il a été hospitalisé, en état de choc, et mis sous surveillance policière.

Le propriétaire de l’usine est désormais entendu par la police judiciaire de Tanger et il devrait bientôt être déféré au Parquet de la ville; c’est le Parquet qui décidera de la suite à donner à cette affaire.