Les généraux algériens ne réussiront pas à exporter la crise au Maroc

Les généraux algériens ne réussiront pas à exporter la crise au Maroc, selon un expert




La théorie du complot que la junte militaire au pouvoir sert au peuple comme cause de tous les maux du pays ne tient plus. Les citoyens algériens revendiquent aujourd’hui clairement et franchement un pouvoir civil.




Le régime militaire au pouvoir à Alger n’arrivera jamais à exporter sa crise interne au Maroc et à convaincre ses citoyens que le Royaume chercherait à déstabiliser leur pays. Ce constat fait par un expert en géopolitique et dans les questions de sécurité internationale, Mohamed Benhammou, est d’autant plus vrai que le peuple algérien insiste, aujourd’hui plus que jamais, pour dégager les militaires du pouvoir, relève le quotidien Assabah dans son édition du jeudi 18 février.

Dans une interview accordée par le président du Centre marocain des études stratégiques (CMES) au quotidien, il affirme que le peuple algérien appelle de toutes ses forces aujourd’hui à un pouvoir civil qui lui garantisse la sécurité, y compris la sécurité alimentaire.




Il n’a cure de ce discours révolu que lui sert le pouvoir en place depuis des décennies. Le peuple ne veut pas que ses dirigeants s’occupent du droit à l’autodétermination des autres, mais de leur propre droit à l’autodétermination, poursuit le quotidien citant cet expert.

Les Algériens revendiquent leur droit à un régime démocratique dans lequel ils pourront mandater réellement qui ils veulent pour exercer le pouvoir en leur nom. Depuis l’accession au pouvoir de Houari Boumediene, par le moyen d’un coup d’Etat militaire, contrer les intérêts du Maroc est érigé en doctrine d’Etat, affirme l’expert. Et ce, dans différents domaines et à différents niveaux. Le Maroc est devenu, depuis, un complexe psychologique pour les généraux au pouvoir.




Ils ont ainsi fait de la question du Sahara marocain une question nationale, dépensant pour soutenir le Polisario, quoique à perte, des fonds publics conséquents dont le peuple algérien a tant besoin pour le développement de son pays. Le comble, note cet expert, est que ce pays riche en pétrole et en gaz importe aujourd’hui tous ses besoins de consommation, y compris les hydrocarbures.

Pourtant, avec ses énormes richesses et pour autant qu’elles aient été bien investies et dépensées, le pays n’aurait souffert aucune pénurie et son peuple ne perdrait pas son temps, chaque jour, dans des files interminables pour avoir un sachet de lait ou un sac de semoule. Mais au lieu de cela, les dirigeants militaires de ce pays se sont pleinement investis dans leur cavale contre le Maroc.




Les ministres, dans une campagne débile, débitent des énormités contre le Royaume du Maroc auxquelles d’ailleurs personne ne croit plus. Bref, pour faire face à une crise interne qui risque de les emporter, les dirigeants algériens recourent à une propagande, désormais obsolète, et crient au complot qui viserait leur pays.

Bref, conclut Mohamed Benhammou, pour la junte au pouvoir, et c’est le discours qu’elle sert aux algériens, si le peuple manque aujourd’hui de lait, de semoule, de bananes et de sardines et subit des coupures fréquentes d’eau et d’électricité, si les voitures ne sont plus disponibles et si les jeunes périssent dans des barques de la mort en tentant joindre l’Europe, c’est à cause du Royaume du Maroc.