L’Algérie livre une quarantaine de véhicules à usage militaire au polisario

L’Algérie livre des dizaines de véhicules à usage militaire au polisario




Le régime militaire algérien vient de faire don de dizaines de véhicules à la milice du Polisario. Un nouvel acte hostile envers le Maroc, dans un contexte très particulier.




Même en faisant face à la crise la plus grave depuis l’indépendance de l’Algérie et au Hirak qui a bravé ce lundi 22 février une mobilisation impressionnante des forces de l’ordre, le régime militaire algérien n’oublie pas ses protégés à Tindouf: les séparatistes du Polisario.

Selon des sources informées, une délégation militaire algérienne s’est rendue hier, dimanche 21 février, à Rabouni, quartier général du Polisario, où elle a déjeuné avec Brahim Ghali, le chef de la bande aux commandes à Tindouf.

Les mêmes sources affirment que la délégation militaire algérienne ne s’est pas rendue les mains vides à Rabouni, mais en même temps n’a pas convoyé pas de lait pour nourrissons ou de médicaments pour les personnes âgées.




Les galonnés algériens ont remis à leurs protégés près de 40 véhicules, de la marque Toyota, destinés à un usage militaire, et qui seront répartis entre les diverses positions des séparatistes dans le sud algérien.

Un autre acte hostile envers le Maroc de la part du voisin de l’Est, qui ne cache plus son soutien à cette bande armée qu’il héberge, finance et arme depuis plusieurs décennies.

Rappelons que ce n’est pas la première fois qu’Alger fait preuve d’une générosité (très déplacée) envers les séparatistes. Trois jours à peine après l’intervention du Maroc, le 13 novembre 2020 à El Guerguerat, Alger avait établi un pont aérien avec Tindouf pour, soi-disant, acheminer des aides alimentaires aux camps.




Sauf qu’il n’en était rien. L’objectif était d’acheminer des armes, en catimini, au Polisario.

Des 4×4 non traçables lâchés dans le désert

Plus de 40 véhicules tout-terrain, cela coûte une petite fortune qui aurait pu être investie de manière davantage utile en aidant les citoyens algériens, écrasés par la flambée des prix de produits de large consommation.

Selon des estimations relayées par plusieurs médias, Alger aurait déboursé, depuis 1975, plus de 370 milliards de dollars pour maintenir sous perfusion le Polisario qui n’existe que grâce au soutien financier, diplomatique et militaire de l’Algérie. Cela représente près de 4,7% du PIB du pays voisin. Quel gâchis.