À propos de la résolution de l’ONU sur la journée internationale de l’arganier, à l’initiative du Maroc

Résolution de l’ONU sur la journée internationale de l’arganier, à l’initiative du Maroc: ce qu’il faut en retenir




À l’initiative du Maroc, l’Assemblée générale des Nations-Unies a adopté hier, mercredi 3 mars 2021, par consensus, une résolution proclamant le 10 mai, Journée internationale de l’arganier. En voici les implications.




Cette résolution a été largement co-sponsorisée par 113 Etats membres des Nations-Unies, qui reconnaissent ainsi la contribution colossale de la filière de l’arganier dans la mise en œuvre des 17 objectifs de l’agenda 2030, et la réalisation du développement durable dans ses trois dimensions, économique, sociale et environnementale.

Voici les principaux points du texte de cette résolution onusienne consacrant le 10 mai, Journée internationale de l’arganier.

– La résolution invite tous les Etats membres, les organismes et institutions des Nations-Unies, les autres organisations internationales et régionales, les organisations de la société civile, les organisations non gouvernementales, les établissements universitaires, le secteur privé, les particuliers et les autres acteurs concernés, à célébrer comme il se doit la Journée internationale de l’arganier.




– Le texte appelle l’ensemble des parties prenantes à continuer d’accorder l’attention voulue au renforcement de la coopération internationale en faveur de la protection de l’arganier, qui joue un rôle vital dans le maintien de l’équilibre de la nature et dans la préservation de la biodiversité.

– Elle invite le Département de la communication globale du Secrétariat de l’ONU, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’Organisation mondiale de la Santé, le Programme des Nations Unies pour le développement et le Programme des Nations Unies pour l’environnement à apporter leur concours à la célébration de la Journée internationale de l’arganier.

– Les pratiques liées à l’argan et le secteur de la production durable d’argan contribuent à l’autonomisation économique et à l’inclusion financière des populations locales, en particulier des femmes rurales.




– Les changements climatiques sont l’un des facteurs majeurs et croissants de l’appauvrissement de la biodiversité et de la dégradation des écosystèmes. La préservation et l’exploitation durable de la biodiversité et des fonctions et services écosystémiques contribuent considérablement à l’adaptation aux changements climatiques et à l’atténuation de leurs effets, à la réduction des risques de catastrophe, à la sécurité alimentaire et à la nutrition.

– Les États membres sont encouragés à promouvoir les échanges commerciaux propices à une croissance durable de la production d’argan, sachant que cette dernière contribue au développement socioéconomique des populations rurales.

– Les coopératives et autres formes d’organisation agricoles soutenues par la communauté, actives dans le secteur de l’arganier, créent des perspectives d’emploi au niveau local et peuvent contribuer grandement à améliorer la sécurité alimentaire et éliminer la pauvreté et, ainsi, à réaliser les objectifs de développement durable.