L’approvisionnement en vaccins sera de plus en plus difficile (au Maroc et dans le monde)

Covid-19: l’approvisionnement en vaccins sera difficile, selon Samir Machour, qui en a négocié des achats pour le Maroc




Alors qu’un nouveau lot de 500.000 vaccins anti-Covid-19 du laboratoire chinois Sinopharm a atterri hier à Casablanca, la course pour l’approvisionnement s’annonce de plus en plus rude. L’un des hommes qui ont négocié l’acquisition des vaccins pour le Maroc, Samir Machour, en explique les raisons.




L’approvisionnement en vaccin anti-Covid-19 devient de plus en plus difficile dans le monde, le Maroc est tout autant concerné.

Dans une publication sur son compte Facebook, Samir Machour, qui travaille chez Samsung Biologics, et qui est présenté comme l’une des personnes impliquées dans l’acquisition des vaccins anti-Covid-19 par le Royaume, explique pourquoi la course sera rude dans les prochains mois.

Vaccin Covid-19 au Maroc : COMMENT EN SOMMES-NOUS ARRIVÉ LÀ ET QUE SE PASSERA-T-IL AU COURS DES PROCHAINS MOIS ?

Je…

Publiée par Samir Machour sur Dimanche 7 mars 2021





« Cette course qui a été en premier une course pour le développement du vaccin s’est transformée aujourd’hui en une course pour s’en approvisionner, peu importe le prix et quel qu’en soit les conséquences », explique-t-il.

Les raisons de cette lenteur dans l’approvisionnement sont simples, selon Samir Machour: « la capacité de production mondiale planifiée, de tous les vaccins réunis, ne dépasse pas 9,2 milliards de doses d’ici la fin de 2021 -ce qui est à peine suffisant pour vacciner environ 4,8 milliards de personnes ».

Et selon lui, les pays devront donner la priorité, en 2021, aux personnes qui devraient absolument être vaccinées par rapport à celles qui peuvent attendre jusqu’en 2023.

« AstraZeneca, Pfizer et Moderna ont, ensemble, une capacité de production combinée de 5,3 milliards de doses prévues pour fin 2021 (et ce n’est pas encore sûr).




Sinovac et Sinopharm, 1 milliard de doses chacun, CanSino, 200 millions de doses, Spoutnik, 500 millions de doses et J&J, un milliard de doses d’ici fin 2021.

Cela signifie que l’autre moitié de la planète devra attendre 2023 pour être entièrement vaccinée », précise Samir Machour.

Dans les dernières lignes de son post, et pour conclure sur une note optimiste, Samir Machour affirme néanmoins que « le Maroc est bien chanceux d’avoir pu vacciner plus de 10% de sa population, loin, devant beaucoup d’autres pays développés.

La campagne de vaccination au Maroc a été et est encore un exemple pour d’autres pays dans le monde ».




Selon les dernières statistiques du site spécialisé Our World in Data arrêtées au dimanche 7 mars, le Maroc figure à la huitième place des dix pays les plus avancés dans leur campagne de vaccination.

Le Maroc a reçu, à aujourd’hui et depuis la Chine, 1,5 million de doses du vaccin de Sinopharm, sur une commande globale de 40 millions de doses.

Le Maroc a également reçu trois lots du vaccin du laboratoire suédo-britannique AstraZeneca, depuis l’Inde, livrés par le Serum Institute Of India, un total de 7 millions de doses, sur une commande globale de 22 millions de doses.