Khemisset: entrée en production de la plus grande mine de potasse d’Afrique en 2023

Khemisset: l’entrée en production de la plus grande mine de potasse d’Afrique prévue pour 2023




La licence d’exploitation du ministère de l’Energie en poche, la compagnie minière britannique Emmerson PLC mobilise les financements nécessaires au lancement des travaux de l’usine de potasse de Khemisset, avant la fin de l’année 2021.




Après avoir reçu, le mois dernier, le feu vert du ministère de l’Energie et des mines pour exploiter son projet de potasse à Khémisset, Emmerson PLC se prépare à lancer les travaux de construction de l’usine, d’ici la fin de l’année.

La firme britannique, cotée à la Bourse de Londres, a confirmé à ses actionnaires que l’entrée en production de ce qui sera la plus grande mine de potasse du continent devrait avoir lieu en 2023.

La compagnie minière a précisé que le financement nécessaire aux travaux de construction serait mobilisé au deuxième semestre 2021. En février dernier, Emmerson PLC a levé 5,5 millions de livres sterling pour accélérer le développement du projet. Les objectifs de production de départ ont même été revus à la hausse.




Alors que l’étude de faisabilité a prévu une production annuelle de 750.000 tonnes de muriate de potassium (MOP), Emmerson PLC veut augmenter ce chiffre de 50 %, et faire passer de 1 à 4 millions de tonnes, la production de sel pour le dégel des routes.

Considéré comme un gisement de potassium de classe mondiale, la mine de Khemisset, détenue par la compagnie minière britannique Emmerson PLC depuis 2017, devrait avoir «des retombées socio-économiques significatives aux niveaux local, régional et national», d’après les résultats de l’étude d’impact diligentée par la société.

Au total, d’après Emmerson, 2.385 emplois directs et indirects seront créés lors de la construction du projet. Une fois pleinement opérationnel, un total de 1.500 emplois seront créés.




760 emplois seront des employés directs. Des retombées socio-économiques significatives sont attendues de ce projet, en termes de création de richesse et de recettes fiscales.

Une étude de cadrage réalisée en novembre 2018 par Golder Associates avait confirmé la viabilité économique du projet de la mine de Khemisset, estimant sa valeur actuelle nette à 795 millions de dollars US (après impôt) et un taux de rentabilité de l’ordre de 29,8%.

Le projet de Khemisset est idéalement situé pour tirer parti de la forte croissance attendue de la demande d’engrais potassés sur le continent africain. La proximité des ports d’exportation (Tanger et Casablanca) fait que le projet bénéficiera d’un prix net supérieur à celui de bon nombre de mines comparables.