Marrakech: arrestation de plusieurs dizaines de mendiants

Marrakech: arrestation de plusieurs dizaines de mendiants




Des dizaines de mendiants ont été interpellés, samedi dernier, par la police de Marrakech. Cette campagne survient après la prolifération de la mendicité professionnelle qui a fait, d’ailleurs, l’objet d’un prêche, vendredi dernier, dans les mosquées du royaume.




Les services de police de la wilaya de la sûreté de Marrakech ont mené, samedi dernier, une vaste campagne contre les professionnels de la mendicité qui envahissent les places et les artères de la ville ocre.

Le quotidien Al Massae rapporte, dans son édition du lundi 15 mars, que cette campagne a permis d’interpeller des dizaines de mendiantes et de mendiants en compagnie d’enfants qu’ils exploitent dans l’escroquerie à la charité.

Cette opération a été menée en coordination avec les éléments de la brigade chargée de la sécurité de la place Jemaa El Fna. Les services de sécurité ont ratissé plusieurs points noirs proches de la place pour rassembler les mendiants.




Ceci avant de les conduire au siège de l’arrondissement de police. Les enquêteurs devraient poursuivre les faux mendiants, surtout ceux qui ne présentent aucune invalidité ou incapacité de travail.

Le quotidien Al Massae rapporte que ces mendiants, dont la plupart sont des femmes et des enfants, choisissent des lieux bien définis pour demander l’aumône aux passants. La majorité d’entre eux ne souffrent d’aucun handicap qui les empêcherait de travailler.

Pire encore, certains d’entre eux n’hésitent pas à harceler les citoyens voire à devenir agressifs pour leur soutirer de l’argent. Cette campagne contre la mendicité professionnelle semble être généralisée sur le territoire national.




Ce phénomène a même été évoqué dans les mosquées pendant le prêche de vendredi dernier. Les imams ont fait état de la propagation alarmante de la mendicité qui a envahi les grandes villes après qu’une large catégorie de personnes en ont fait un métier.

Ce phénomène qui s’est accentué pendant la crise épidémiologique est devenu un facteur de harcèlement pour les citoyens sur la voie publique.

Il faut rappeler que le code pénal sanctionne toute personne qui s’adonne à la mendicité dans les lieux publics d’une peine allant d’un à trois mois de prison. Cette sanction est assortie de circonstances aggravantes contre les mendiants qui exploitent des enfants en encourant une peine d’un an de prison ferme.