Trafic de cocaïne entre l’Espagne et le Maroc: après les go-fast, les sous-marins

Trafic de cocaïne entre l’Espagne et le Maroc: après les go-fast, les sous-marins




Les autorités espagnoles ont finalement mis la main sur le premier sous-marin construit sur le territoire européen et conçu pour le trafic de cocaïne entre l’Espagne et le Maroc. Ce semi-submersible peut transporter jusqu’à deux tonnes de stupéfiants.




La police espagnole a mis la main sur un sous-marin de neuf mètres dédié au trafic de drogue et considéré comme le premier construit en Europe.

Le semi-submersible a été découvert dans un entrepôt de la ville côtière de Malaga, dans le sud de l’Espagne, selon un communiqué des autorités. Selon Europol, il s’agirait «du premier semi-submersible construit sur le territoire européen».

Le quotidien arabophone Assabah indique que ce sous-marin était équipé pour transporter jusqu’à deux tonnes de stupéfiants et destiné à faire du trafic de cocaïne entre l’Espagne et le Royaume du Maroc.

Selon la même source, la saisie a été permise dans le cadre d’une opération qui a impliqué plusieurs polices.




Les polices de Colombie, des Pays-Bas, du Portugal, des États-Unis et du Royaume-Uni, avec une activité internationale coordonnée par l’agence de police européenne, Europol.

Au total, 52 personnes ont été arrêtées et la police espagnole a perquisitionné 47 domiciles à Barcelone, Malaga et dans huit autres villes espagnoles.

Outre le sous-marin, la police a également découvert, dans la région de Barcelone, un laboratoire sophistiqué capable de produire 750 kilos de drogue par mois, un bateau en fibre de verre de 15 mètres, 400 kilos de cocaïne, 700 kilos de haschisch et plus de 100.000 euros en espèces.

Selon le quotidien, plus de 300 agents ont participé à l’opération qui a débuté l’année dernière.




C’était lorsque la police a découvert un réseau impliqué dans le trafic de grandes quantités de cocaïne, de haschisch et de marijuana.

Dirigée par des ressortissants espagnols, colombiens et dominicains, l’organisation était basée en Catalogne, dans le nord-est de l’Espagne.

En novembre, la police a arrêté le chef du réseau dans la ville côtière de Tarragone, à l’est, ainsi que 13 complices. Une autre branche du réseau, située sur la Costa del Sol, dans le sud de l’Espagne, a été découverte le mois dernier.

Assabah indique que les autorités ibériques avaient intercepté, en novembre 2019, ce qui était considéré alors comme le premier narco sous-marin jamais saisi en Europe. Celui-ci avait été construit en Amérique latine, où leur utilisation est courante.