(Vidéo) Dès sa sortie de prison, Abou Naim condamne la normalisation avec Israël

(Vidéo) Dès sa sortie de prison, Abou Naim condamne la normalisation avec Israël




Après une année passée derrière les barreaux, le très controversé cheikh Abou Naim a retrouvé ce mercredi 17 mars la liberté.


Le salafiste a été condamné par la justice marocaine, en avril 2020, à un an d’emprisonnement ferme et 2 000 dirhams d’amendes «pour incitation à la haine et menaces à l’égard des citoyennes et des citoyens» et «excommunication de l’Etat et de ses institutions». 

Il avait en effet dénoncé, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, la fermeture des mosquées décidée par le gouvernement El Othmani pour faire face à la propagation du nouveau coronavirus. Une mesure décrétée conformément à une fatwa du Conseil supérieur des oulémas, présidé par le roi Mohammed VI.




Aujourd’hui, Abou Naim a tenu à ce que sa sortie de la prison d’Aïn Sebaa de Casablanca ne passe pas inaperçue en s’en prenant à la normalisation des relations avec Israël. «Ce qui se passe actuellement avec les juifs ne relève pas de la tolérance mais c’est une dénaturation de l’identité.

C’est une déviation et une occultation des vérités. La tolérance, selon la Charia, n’a rien avoir avec l’humiliation et la chute», a-t-il précisé dans des déclarations à la presse. Et de promettre de revenir sur le sujet en détail dans les jours à venir.