Tata: le corps d’une fillette disparue retrouvé dans une grotte

Tata: le corps d’une fillette disparue retrouvé dans une grotte




Disparue depuis le 22 février à Foum Zguid, dans la province de Tata, la petite Ibtissam, 13 ans, a été retrouvée sans vie dans une grotte.




La région de Tlit, qui relève de Foum Zguid à Tata, est sous le choc, rapporte le journal arabophone Al Akhbar dans son édition du lundi 22 mars. En effet, le corps d’une fillette de 13 ans a été retrouvé, vendredi dernier, à l’intérieur d’une grotte connue sous le nom d' »Ighane » et située non loin de l’un des nombreux darihs qui existent dans la région.

La petite Ibtissam Moujahid était recherchée depuis le 22 février. Elle avait, ce jour-là, quitté son domicile en compagnie de l’une de ses amies, en direction du Souk hebdomadaire qui se tient dans le centre de Foum Zguid.




Elle n’est jamais rentrée. Près d’un mois plus tard, son corps a été retrouvé, dans une grotte, par les habitants du douar Taourirt Ntilass qui, comme tous les habitants de la région, n’ont cessé de rechercher la petite collégienne depuis sa disparition. Al Akhbar ajoute que les autorités ont accouru sur les lieux dès la découverte du corps.

La police scientifique s’est également déplacée afin de relever les preuves et essayer de lever le voile sur le mystère entourant la disparition et le meurtre de la fillette. On sait quel est le scénario qui est le plus probable.




C’est que le corps de la petite Ibtissam a été caché dans la grotte le soir-même de sa découverte, car les habitants du Douar avaient déjà cherché l’enfant à cet endroit, lors de précédentes opérations de recherche dans la région.

Le fait que les autorités avaient reçu des instructions, deux jours avant la découverte du corps, pour entamer une inspection de toutes les maisons du Douar, qu’elles soient habitées ou abandonnées, vient appuyer cette thèse.

En effet, le meurtrier aurait alors décidé de se débarrasser précipitamment du corps. Les recherches et les investigations se poursuivent pour découvrir ce qui s’est réellement passé.




Ibtissam Moujahid