(Vidéo) Un séparatiste rifain profane encore le drapeau du Maroc aux Pays-Bas

(Vidéo) Un séparatiste rifain profane de nouveau le drapeau national marocain aux Pays-Bas




Le séparatiste rifain Karim Aarile s’est livré à nouveau à un outrage aux symboles du Royaume, alors qu’il fait déjà l’objet de poursuites judiciaires pour un acte similaire. La justice néerlandaise va-t-elle sévir fermement cette fois-ci?




Le geste est horripilant, insultant envers tous les Marocains et surtout condamnable au pénal… Le séparatiste rifain, Karim Aarile, s’est livré à nouveau, aux premières heures du matin du 22 mars 2021, à un outrage aux symboles du Royaume.

Profitant de l’obscurité et du couvre-feu et se faisant passer pour un agent d’entretien vu son gilet de sécurité fluorescent, l’individu s’est permis de baisser le drapeau marocain se trouvant au consulat du Royaume à Den Bosh.

L’énergumène a même osé le jeter à terre pour hisser à sa place un drapeau blanc où il a inscrit «3acha Cha3b» (vive le peuple), comme si ce séparatiste avait une quelconque légitimité de porter la voix d’un peuple marocain uni autour de son triptyque «Dieu, la Patrie et le Roi».




Avec son complice, derrière la caméra, ce séparatiste rifain a bien évidemment filmé son geste condamnable pour le diffuser en direct sur sa page Facebook. Son acolyte invitait, tout le long de la vidéo, des activistes rifains à faire de même et allant même jusqu’à qualifier le drapeau marocain de «torchon de l’occupation».

Karim Aarile n’en est pas à son premier essai. Il avait réalisé une vidéo similaire; c’était le 26 janvier 2021, devant le consulat du Royaume à Utrecht, toujours aux Pays-Bas.

Suite à ce premier acte, une instruction judiciaire avait été enclenchée à son égard, sauf que la justice néerlandaise avait décidé de le poursuivre en état de liberté. Il récidive alors qu’il fait toujours l’objet de poursuites judiciaires.




Il apporte la confirmation que son acte a été réfléchi et s’inscrit sans doute dans le cadre d’un agenda visant à porter atteinte aux emblèmes du Royaume, tout en offensant les Marocains. La justice néerlandaise devrait, de ce fait, se montrer plus ferme à l’égard d’un tel individu qui viole outrageusement les protocoles diplomatiques.

Ses actes sont une incitation à la haine contre le personnel diplomatique en poste aux Pays-Bas que le pays hôte se doit de protéger, selon la convention de Vienne traitant des relations diplomatiques.

Pour rappel, au Maroc, l’outrage à l’emblème et aux symboles du Royaume (comme le drapeau marocain, la devise et les armoiries) est passible, selon le Code pénal, d’une condamnation pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison.