Mehdia: arrestation d’un faux commissaire qui arnaquait des commerçants

Mehdia: arrestation d’un faux commissaire qui arnaquait des commerçants




Un faux commissaire de police a été arrêté en flagrant délit d’escroquerie par la police judiciaire de Mehdia. Le mis en cause menaçait les commerçants de les verbaliser, avant de leur extorquer de l’argent ou des produits alimentaires.




La police judiciaire de Mehdia a arrêté un individu suspecté d’être impliqué dans une affaire d’escroquerie et d’usurpation de fonction régie par la loi.

Le quotidien Al Akhbar rapporte que le prévenu est un sexagénaire qui a un casier judiciaire bien rempli. Il se faisait passer pour un commissaire de police dans la Kasbah de Mehdia pour arnaquer les commerçants.

Muni d’un talkie-walkie, il faisait chanter les propriétaires des magasins en les menaçant de les verbaliser pour des infractions supposées, avant de leur extorquer de l’argent ou des produits alimentaires.




La police l’a traqué suite à plusieurs plaintes déposées par ses victimes, qu’il intimidait en les menaçant de sanctions pour violation de l’état d’urgence sanitaire.

Les enquêteurs ont fini par l’identifier avant de l’interpeller en flagrant délit d’escroquerie d’un commerçant et en possession d’un talkie walkie semblable à celui utilisé par les agents de police.

Le quotidien Al Akhbar rapporte que, dès que les services de sécurité ont reçu les plaintes contre le faux commissaire et maître-chanteur, ils ont pris des dispositions.




Les services de sécurité ont coordonné leurs actions avec les commerçants afin de lui tendre un piège.

Le mis en cause s’est présenté, comme d’habitude, chez un commerçant qui, comme convenu, a prévenu la police judiciaire qui l’a arrêté sur-le-champ et qui a saisi le talkie walkie dont il se servait pour faire chanter les commerçants.

Le faux commissaire a été placé en garde à vue pour une enquête plus détaillée sous la supervision du parquet général, qui l’a poursuivi pour escroquerie et pour usurpation d’une fonction régie par la loi.