Le démantèlement de la cellule terroriste d’Oujda dans la presse nationale

Antiterrorisme: le démantèlement de la cellule d’Oujda dans la presse nationale




Ce jeudi, le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) a mené une opération de démantèlement d’une cellule terroriste à Oujda. La presse arabophone du vendredi 26 mars salue le succès de la coordination sécuritaire américano-marocaine qui a permis d’éviter le pire.




Très tôt dans la matinée du jeudi 25 mars, une cellule composée de quatre présumés terroristes, ayant une moyenne d’âge de 26 ans, précise le quotidien Al Massae du vendredi 26 mars, a été démantelée à Oujda par le BCIJ, le bras opérationnel de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

Le quotidien précise que c’est d’ailleurs une coordination entre la DGST et les services de sécurité américains qui a permis d’identifier, puis de localiser cette cellule terroriste avant de la mettre hors d’état de nuire.

C’est cette fructueuse coopération sécuritaire maroco-américaine que les autres quotidiens arabophones ont largement mis en exergue. Ainsi, selon Assabah, cette coordination entre les deux pays amis est d’autant plus salutaire qu’elle a mis à nu la dangerosité de la cellule d’Oujda, affiliée à la nébuleuse de Daech.




Elle planifiait d’aller s’entraîner dans les camps terroristes au Sahel, en vue de revenir au Maroc pour y mener des attaques à l’explosif contre des sites aussi sensibles que les casernes militaires et les administrations de la sûreté nationale, entre autres.

Le déroulé de l’opération de démantèlement de cette cellule d’Oujda n’était donc pas sans risque pour les hommes du BCIJ, obligés d’opérer dans quatre quartiers différents pour arrêter les présumés, dont le chef de file a été neutralisé sur la terrasse d’un immeuble alors qu’il tentait de fuir.

D’ailleurs, c’est au domicile de ce dernier que la BCIJ a découvert et saisi d’importantes sommes d’argent en liquide et les quatre passeports des terroristes arrêtés. En effet, ces derniers planifiaient de se rendre dans les camps d’entrainement de Daech, quelque part dans le Sahel.




Ceci dans l’objectif de revenir plus tard au Maroc et s’attaquer à des cibles névralgiques du pays. Surtout que ces quatre terroristes ont déjà identifié de visu les cibles qu’ils projetaient d’attaquer, tout comme ils se sont lancés dans l’acquisition de certaines matières entrant dans la confection d’explosifs.

Al Akhbar ajoute pour sa part, que le chef de cette cellule terroriste d’Oujda était en communication permanente avec son émir traitant de Daech qui lui procurait l’aide logistique et les sommes d’argent nécessaires aux activités de ce groupe terroriste au Maroc.

Assabah conclut que d’autres révélations sur cette dangereuse cellule terroriste seront dévoilées dans les prochains jours, l’enquête n’en étant qu’à son début, alors que le matériel informatique saisi chez les quatre présumés terroristes peut tout déballer.