Les autorités resserrent la vis autour de la détention et du dressage des chiens dangereux

La DGSN s’attaque au problème des chiens dangereux avec une stricte application de la législation




Nouveau tour de vis autour de la détention et du dressage des chiens dangereux; un appel à une application stricte de la réglementation en vigueur a été fait à l’ensemble de ses services décentralisés.




La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) vient d’appeler ses services à plus de rigueur dans la lutte contre ce phénomène qui met en danger la sécurité des citoyens.

Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia rapporte que la DGSN a diffusé, il y a quelques jours, une nouvelle circulaire auprès de l’ensemble de ses services décentralisés. Cette circulaire contient des directives claires pour lutter contre la prolifération des races de chiens classées comme dangereuses.

Le document appelle ces services à mettre strictement en pratique les dispositions réglementaires pour lutter contre la détention, le dressage et l’utilisation, pour quelqu’usage que ce soit, des chiens classés parmi les races dangereuses.

Les directives encadrent également les interventions dans ce genre de cas et les constatations des délits.




Ce qui rend cette circulaire encore plus importante est qu’elle s’adresse aux corps de la Direction générale de la sûreté nationale.

En effet, selon le journal, elle fait appel aux fonctionnaires de police affectés aux différentes brigades, mais également aux éléments de la police judiciaire, aux services de la sécurité publique et même aux agents affectés à la police des frontières.

Plus globalement, ajoute Al Ahdath al Maghribia, l’ensemble des agents ayant pour mission de lutter contre les actes menaçant la sécurité des citoyens sont concernés par cette lutte contre les chiens dangereux.

La DGSN va encore plus loin en introduisant un axe qui est dédié à cette mission dans les rapports d’évaluation et de contrôle des performances de ses fonctionnaires. Cela en dit long sur la priorité qui est accordée à cette lutte.




Cette circulaire de la DGSN est tombée quelques jours avant l’incident qui a eu lieu en début de semaine, à Salé, où un agent de police a dû faire usage de son arme de service contre un chien dangereux mobilisé par un malfrat ayant des antécédents judiciaires.

Celui-ci avait, ce jour-là, lancé son chien contre une patrouille de police. Des agents ont d’ailleurs été blessés lors de cet incident.

Pour rappel, la loi 52-12 classe parmi la catégorie des chiens dangereux tous les chiens qui se distinguent, au regard de leur race ou de leurs caractéristiques morphologiques, par une agressivité présentant un danger pour l’homme.

En vertu de ce même texte, la propriété, la détention, la garde, la vente, l’achat, l’exportation, l’importation, l’élevage ou le dressage des chiens dangereux est formellement interdite.