Le débat sur la dangerosité du pain pour la santé reprend au Maroc

Le débat sur la dangerosité du pain pour la santé reprend au Maroc




Le débat sur la qualité du pain marocain s’anime avec en toile de fond la polémique entretenue par deux fédérations de professionnels de boulangerie et de pâtisserie.

Alors que l’une des fédérations dénonce la qualité de la farine utilisée dans la production du pain, l’autre dément catégoriquement cette accusation.

Dans une déclaration à la presse, un membre de la Fédération marocaine des propriétaires de boulangeries et de pâtisseries a indiqué que « la farine utilisée dans la production du pain au Royaume du Maroc est impropre à la consommation ».

Il a ajouté à charge « qu’elle ne répond pas aux critères qui garantissent la santé du consommateur ». Ce membre de Fédération est soutenu par le Secrétaire général.




Celui-ci a déclaré que « certains propriétaires de boulangeries sont obligés d’ajouter certains ingrédients à la pâte à pain afin d’améliorer sa qualité ».

Faux ! rétorque en bloc Lahoucine Azaz, président de la Fédération nationale de la boulangerie et pâtisserie du Maroc (FNBPM) et par ailleurs, vice-président des professionnels de la filière des céréales et des légumineuses qui a abordé la question.

Selon Azaz, les boulangers et les professionnels du secteur des céréales et des légumineuses ne peuvent se permettre une telle liberté parce qu’ils sont « soumis à une réglementation draconienne ».

Et M. Lahoucine Azaz d’expliquer qu’en respect de la législation marocaine, des instances nationales compétentes procèdent de façon régulière, à des analyses.




Des échantillons de farine sont analysés en laboratoire pour s’assurer de leur qualité afin de protéger la santé des consommateurs. « La production du pain dans les boulangeries répond à des normes spécifiques et subit souvent des contrôles alimentaires.

Elle répond également à un cahier des charges rigoureux », insiste Lahoucine Azaz indiquant aussi que « le blé utilisé par les boulangeries ne contient pas de produits toxiques ni d’Organisme Génétiquement Modifié ».

Fin janvier, la Fédération marocaine des droits du consommateur (FMDC) avait déjà alerté sur la qualité du pain vendu au public à cause des ingrédients qui y sont ajoutés.

La FMDC avait dénoncé l’ajout de sel, sucre, levure chimique ainsi que l’élimination de fibres alimentaires.