Le certificat de vaccination obligatoire pour les déplacements inter-villes?

Covid-19: le certificat de vaccination obligatoire pour les déplacements inter-villes?




Le Comité national technique et scientifique consultatif de vaccination aurait proposé l’obligation du certificat de vaccination pour les déplacements inter-villes dans les prochains jours. Rabat a déjà mis en œuvre cette procédure.




Les déplacements inter-villes seront-ils désormais conditionnés par la présentation d’un certificat de vaccination anti-Covid? C’est l’interrogation soulevée par le quotidien Al Ahdath Al Maghribia qui se penche sur ce sujet.

Les sources du quotidien, qui affirment que l’état d’urgence sanitaire sera encore prolongé jusqu’au 10 mai prochain, font savoir que la conjoncture pandémique exige un cadre règlementaire afin de régir, notamment, les déplacements entre les villes.

À ce propos, poursuit le journal, le Comité national technique et scientifique consultatif de vaccination aurait proposé l’obligation du certificat de vaccination anti-Covid pour les déplacements inter-villes dans les prochains jours.




Ce certificat est délivré à la personne juste après l’injection de la deuxième dose du vaccin anti-Covid. Autant dire que ce certificat de vaccination remplacera l’autorisation de déplacement exceptionnelle qui était jusque-là délivrée par les autorités locales compétentes à des fins professionnelles ou personnelles.

Cette procédure, affirme le quotidien, est déjà mise en œuvre par les responsables de la wilaya de Rabat, en attendant sa généralisation à l’échelle nationale.

Surtout que «le vaccin reste, pour l’instant, le seul moyen efficace pour atteindre une immunité collective afin de stopper la propagation du nouveau coronavirus Covid-19 et assurer un retour à la vie normale dans les plus brefs délais».




Jusqu’à présent, les déplacements étaient permis par des autorisations exceptionnelles délivrées par les autorités locales de chaque ville. Par ailleurs, soulignent les sources du journal, les citoyens sont appelés à respecter strictement les mesures de l’état d’urgence sanitaire en vigueur, surtout durant le mois sacré du Ramadan.

Et ce, souligne le quotidien, pour éviter le scénario de l’année dernière, quand, à l’occasion de la fête du sacrifice, le nombre de cas de contamination au Covid-19 avait explosé dans plusieurs villes du pays.

Les mêmes sources appellent donc les citoyens à plus de vigilance et de solidarité sociale durant les trois prochains mois, afin de gagner la bataille contre la pandémie.