Le président de la Fédération algérienne de football renvoyé pour avoir voté contre le Polisario à Rabat

Le président de la Fédération algérienne de football renvoyé pour avoir voté contre le Polisario à Rabat




Kheïreddine Zetchi ne sera plus président de la Fédération algérienne de football à partir du 15 avril courant. Le régime militaire algérien s’est vengé de lui en lui interdisant de se représenter. En cause: son vote, à Rabat, comme tous ses pairs, en faveur de la loi rendant impossible toute entrée du Polisario à la CAF.




Kheïreddine Zetchi ne pourra plus se représenter pour un second mandat à la tête de la Fédération algérienne de football (FAF).

Selon Assabah daté du 1er avril, le régime militaire algérien a interdit à l’actuel président de la FAF de briguer un nouveau mandat lors de la prochaine Assemblée générale qui se tiendra le 15 avril prochain.

L’info a été confirmée après le match de l’équipe nationale algérienne contre le Botswana lundi dernier.

Le président de la FAF a profité de sa présence au stade Mustapha Tchaker à Blida pour féliciter Djamel Belmadi et ses joueurs pour la qualification à la prochaine CAN.

Le journal qui cite des supports algériens, pointe du doigt l’ingérence du politique dans le sportif en Algérie.




Ce qui devrait, en toute logique, provoquer l’intervention de la FIFA.

Pour Assabah, cette interdiction est tout simplement la vengeance du régime militaire à la suite du vote de Zetchi, comme tout le monde d’ailleurs, contre le Polisario lors de la dernière Assemblée Générale de la CAF qui s’est tenue au Maroc.

D’ailleurs, le Maroc a coupé la route, avec une loi votée à l’unanimité, à toute possibilité d’adhésion du Polisario à la CAF.

Beaucoup trouvent surprenant cette décision du régime algérien, comme le rapporte Assabah.

D’autant plus que Kheïreddine Zetchi, soutenu par le sélectionneur algérien Djamel Belmadi et beaucoup d’acteurs du football local, avait annoncé beaucoup de projets pour son deuxième mandat.