France: insultes et racisme à l’hôpital de Montauban

France: insultes et racisme à l’hôpital de Montauban




Alors qu’un couple tentait à prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19, il essuie des insultes de la part d’un agent de l’hôpital de Montauban. Le message vocal reçu montre clairement que les Maghrébins ne sont pas les bienvenus dans cet hôpital.




«Mes parents ont tous les deux 67 ans et présentent des comorbidités attestées. J’ai pris un premier rendez-vous via Doctolib. Le centre d’appels les a appelés et ils ont été récusés. Je ne sais toujours pas pourquoi», raconte à La Dépêche du Midi Sandrine. Elle ne désespère pas.

Elle réussit à prendre un nouveau rendez-vous. Un agent de l’hôpital rappelle ses parents, le 20 mars. Les parents reçoivent un message vocal sur leur répondeur. Seulement, la secrétaire a oublié de raccrocher. Elle engage une discussion avec sa collègue et partage avec elle son «rêve d’être standardiste».

«Vous êtes récusés», dit-elle, en rigolant. Les insultes fusent rapidement. «Et les rebeus là», dit-elle. Elle parle du père de Sandrine et de son épouse, qui se sont heurtés au premier refus de vaccination. «Avec sa “Conchita”, ils s’y sont mis à deux.




Et les malins, ils ont des doublons tous les deux. Je vais t’en donner des doublons, enfoirés  ! Regarde, ils ont même changé son adresse mail le bouffon», poursuit l’agent. Elle change de sujet. «Jusqu’au lundi, il y a tellement d’Arabes à nettoyer… lui aussi il a été récusé… le bâtard. Il y a du nettoyage à faire le lundi».

Les parents de Sandrine originaires de Nohic, dans le Tarn-et-Garonne ont fait écouter le message à leur fille. Les propos ont suscité l’indignation de Sandrine. Ces propos renvoient à un tri suivant son origine. Agacée, elle contacte à nouveau la secrétaire. 

«Je lui ai dit qu’il fallait qu’elle arrête, mais elle a tout nié», confie-t-elle. Lundi dernier, la première injection a été finalement administrée aux parents de Sandrine. Pour celle-ci, cela est tout de même “décourageant”.




«Si cela se trouve, il y a d’autres personnes comme elle en France. Castex et Véran nous poussent à aller se faire vacciner mais c’est le parcours du combattant. Heureusement que j’ai été hargneuse pour mes parents.

Ce que cette femme a dit fait beaucoup de mal. C’est un comportement dangereux. J’espère qu’elle sera lourdement sanctionnée». La sanction tombe. La direction de l’hôpital de Montauban «a décidé de suspendre l’agent dès le 31 mars et de lancer une procédure disciplinaire.»

«Par ailleurs, la direction en charge des relations avec les usagers rencontrera très prochainement la personne ayant rapporté les propos incriminés», a-t-elle ajouté, rappelant son engagement vis-à-vis de la défense des valeurs du service public et pour la qualité de la prise en charge des usagers du centre hospitalier.