Le verdict est tombé pour le Fqih qui a violé des élèves de l’école coranique où il enseignait

Le scandale du Fqih pédophile de Tanger touche à sa fin. Il vient d’écoper de 30 ans de prison et 6 millions de dommages et intérêts.




Le verdict est tombé pour le Fqih pédophile de Tanger. Il a écopé de 30 ans de prison et 6 millions de dirhams en guise de dédommagement. La Chambre criminelle du Tribunal de Tanger vient en effet de rendre son verdict dans cette affaire qui a mis en émoi l’opinion publique, d’autant que l’accusé n’a pas nié son penchant pervers, quand il a été mis face à ses crimes.




Le jugement est tombé, l’accusé ayant été reconnu coupable d’une série de viols, dont les victimes étaient des filles mineures inscrites à l’école coranique où il enseignait.

Pour rappel, l’affaire a éclaté en septembre dernier, lorsque ce Fqih a été arrêté suite à des plaintes déposées par des parents. Ces derniers l’accusaient d’avoir abusé de leurs petites filles, qui étudiaient à l’école coranique où il enseignait, dans la Commune de Melloussa, à Tanger.

Le Fqih a alors rapidement reconnu les faits qui lui étaient reprochés, avouant avoir un penchant immodéré pour les enfants, même s’il était marié. Il a ainsi expliqué aux enquêteurs qu’il profitait de la naïveté de certaines de ces élèves pour les emmener dans une chambre située dans l’enceinte même de l’école coranique.




Ou bien l’enseignant les emmenait dans les toilettes limitrophes, afin de pratiquer sur elles des actes sexuels superficiels, selon ses dires, jusqu’à ce que son désir soit assouvi.

Le prévenu a reconnu que les fillettes croyaient que ces abus étaient en fait des signes d’affection et des preuves de l’amour que leur portait leur enseignant, qui les enjoignait de n’en parler à personne, demande que la plupart d’entre elles ont respectée.

C’est d’ailleurs ce qui explique le fait que le Fqih a pendant longtemps poursuivi ses atrocités, sans que personne ne le soupçonne. Au moins six mineures ont été victimes de ce Fqih pédophile. Mais, selon les aveux de ce dernier, une seule d’entre elles a également été victime de violences, car elle avait refusé de le suivre.