Laâyoune: les autorités recherchent un mauritanien accusé de viols

Laâyoune: les autorités recherchent un « raqi » mauritanien qui abusait de la confiance de ses clientes… pour les violer




La Police judiciaire de Laâyoune recherche activement un Mauritanien, qui s’est autoproclamé « guérisseur » en psalmodiant des versets coraniques (Rokya), et qui abusait sexuellement de ses clientes. L’imposteur avait même filmé ses viols avec les caméras de ses téléphones portables.




Les services de la Sûreté de la wilaya de Laâyoune sont mobilisés pour mettre la main sur un charlatan, un Mauritanien impliqué dans un scandale sexuel qui a secoué le chef-lieu des Provinces du Sud.

Le quotidien arabophone Assabah rapporte que le fugitif, qui s’était autoproclamé « raqi » (un guérisseur qui psalmodie des versets du Coran), a violé plusieurs de ses clientes, tout en filmant des pratiques qui relèvent du sadisme sur ses victimes.

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’accusé, qui résidait d’une manière légale à Laâyoune, a utilisé la « Roqya » comme prétexte pour parvenir à ses fins.

L’homme faisait ainsi croire à ces femmes, en état de forte détresse psychologique, qu’un acte sexuel combiné avec des versets coraniques était la meilleure manière d’exorciser les djinns.




Mais aussi de briser des sortilèges et autres fadaises. Le charlatan mauritanien filmait ses viols avec les caméras de plusieurs portables qu’il avait installés dans les coins et recoins de la pièce où il menait ses « consultations ».

Il conservait ces vidéos de viols sur des femmes dans ses téléphones, afin de faire par la suite chanter ses victimes, qu’il désirait exploiter de manière permanente.

Le quotidien Assabah rapporte que le scandale a éclaté quand ces vidéos ont été diffusées sur les réseaux sociaux et ont été relayées massivement par des habitants de Laâyoune via l’application WhatsApp.

Alertés, les services de sécurité se sont lancés dans une traque du principal accusé, ainsi que de tous ceux qui ont été à l’origine de la diffusion de ces vidéos documentant des viols.




Les investigations menées ont rapidement conduit à 2 individus qui auraient fait fuiter ces vidéos mettant en scène le charlatan et ses victimes. Les deux suspects auraient volé les portables de l’homme, qu’ils ont consultés, pour découvrir qu’ils contenaient des vidéos où il violait ses victimes.

Les 2 malfrats ont décidé de les diffuser sur les réseaux sociaux pour, disaient-il, dénoncer les pratiques malsaines de ce faux guérisseur mauritanien.

Celui-ci s’est enfui, mais les autorités redoublent d’efforts en ce moment même, en coordination avec d’autres services, pour mettre fin à sa cavale.

En parallèle, la police a ouvert une enquête judiciaire sous la supervision du Parquet général, en auditionnant certaines des victimes du faux guérisseur, pour déterminer les tenants et les aboutissants de cette affaire.