L’Espagne a renforcé la police marocaine avec plus de 35 millions d’euros

L’Espagne a renforcé la police marocaine avec plus de 35 millions d’euros




Au cours des deux dernières années, l’Espagne a doté le ministère de l’Intérieur du Maroc en moyens roulants pour assurer avec efficacité les missions de contrôle au niveau des frontières. En tout, plus de 35 millions d’euros ont été injectés par l’Espagne dans l’acquisition des véhicules tout-terrain, des camions ou des quads au profit des forces de sécurité marocaines.




L’Espagne vient de signer un contrat avec la Fondation internationale et ibéro-américaine pour l’administration et les politiques publiques (FIIAPP), pour la fourniture de 90 quads d’une valeur de 1,4 million d’euros, toutes taxes comprises, au profit du Maroc.

Cet appui s’inscrit dans le cadre du projet « Appui à la gestion intégrée des frontières et des migrations au Maroc (EUTF-NOA-MA-05) », qui prévoit la livraison de 30 quads automatiques Tout-terrain et 60 quads de transmission manuelle à Tanger ainsi que d’une formation en maintenance de ces engin.




C’est ce qu’a rapporté le site spécialisé Defensa.es. Avant ce contrat, l’Espagne avait signé en décembre, avec Toyota Maroc, un autre d’une valeur de 8,6 millions d’euros pour la fourniture de 130 véhicules Toyota Land Cruiser qui seront livrés à Rabat, dans le cadre du même projet.

L’entreprise marocaine a obtenu ce marché au terme d’un appel d’offres qu’il a remporté contre quatre entreprises espagnoles. En 2019, l’Espagne avait également prévu la fourniture de près de 400 véhicules tout-terrain d’une valeur totale de 26 millions d’euros au profit du Maroc.




Mais en outre, elle avait lancé un appel d’offres pour l’acquisition de 98 caméras thermiques portables de longue portée d’une valeur de 6,5 millions, destinées au ministère marocain de l’Intérieur dans le cadre du même projet qui vise l’amélioration des compétences opérationnelles dans la surveillance des frontières terrestres et des frontières maritimes.

Mais aussi le renforcement de la coopération transfrontalière dans la lutte contre l’immigration clandestine et la traite des êtres humains. En tout, plus de 35 millions d’euros ont été injectés par l’Espagne dans ces acquisitions